Zou à la Boite à Rire

Même pas vu à la télé !

Originaire d’Aix-en-Provence, Zou arpente sans relâche la France avec la ferme intention de conquérir les foules. Moitié poing levé, moitié fleur au fusil, l’intéressé dégaine un humour engagé qui fait souvent mouche, au risque d’être trop saignant. D’où peut-être ce slogan un chouia bravache sur sa page Facebook : « Même pas vu à la télé ! » En attendant, rien nous empêchera de donner un coup de pouce à « Doigts d’auteur », spectacle qu’il présentera du 14 au 16 août sur la scène de la Boite à Rire.

Il paraît que votre humour n’est pas à mettre entre toutes les oreilles…
ZOU : « Faux ! Mon spectacle est accessible dès l’âge de 10 ans. J’encourage d’ailleurs les parents à venir avec leurs enfants. Les gamins adorent ma liberté de ton et d’expression. »

L’humour, c’est vaste : quel est donc votre registre ?
ZOU : « Je fais du stand-up.Du seul en scène, comme on dit en français. Mais mon spectacle est très interactif. Sur scène, je passe d’ailleurs mon temps à parler avec les gens. Ceux-ci ont le droit de me répondre, bien sûr. Mais à leurs risques et périls ! »

Un mot sur vos sources d’inspiration…
ZOU : « Tout m’inspire ! La politique, les banques, les lois… Tous ces sujets qui font l’actu et la Une des journaux. Disons que l’humour satirique est mon fonds de commerce. J’aime rire avec des vérités, quitte à être politiquement incorrect. Dans ce registre, je suis peut-être celui qui va le plus loin. »

Ce qui explique votre absence sur le petit écran ?
ZOU : « Je suis peut-être un peu trop en avance sur mon temps. Certains spectateurs me disent que ce n’est pas encore mon heure. Mais il suffit de me voir sur scène pour comprendre que ça ne va pas tarder ! » (rires).

En marge de votre métier d’humoriste, un combat vous tient particulièrement à cœur…
ZOU : « Exact. J’habite un quartier près d’Aix-en-Provence, qui s’étend autour de la gare TGV : le Realtor. On dit généralement que c’est le bois de Boulogne du Sud-Est de la France. En clair, la prostitution est partout ! A tel point que les enfants ne peuvent même plus se promener seuls dans les collines environnantes. Je n’ai personnellement rien contre la prostitution. Mais ce qui me navre, c’est la passivité des pouvoirs publics. Moi, ça fait des années que je me bats pour faire évoluer la situation. Il faut qu’un jour, le quartier du Realtor retrouve un visage normal. »

Zou à la Boite à Rire (19, rue Anatole-France) : les 14, 15 et 16 août à 20 h 30.

Laisser une réponse