Yoann Fréget : Rencontre avec le gagnant de « The Voice »

Yoann Fréget, le grand gagnant de « The Voice » (saison 2). Tout est dit ? Sûrement pas ! Oublions donc l’image un peu surfaite des télé-crochets, éteignons un instant les projecteurs et balayons les paillettes… Voici Yoann Fréget, le vrai. Un jeune Montpelliérain de 26 ans qui, très tôt, est tombé dans une marmite musicale aux saveurs épicées. « Ma vie a changé quand, à 15 ans, j’ai rencontré Emmanuel Djob, qui est en France le pilier du gospel. Non seulement il m’a accueilli dans sa chorale mais j’en suis devenu très vite le soliste. »
Le gospel ? Plus qu’une révélation, c’est pour Yoann Fréget un vrai mode de vie. « Cette musique, elle me traverse, elle me nourrit, elle me permet d’exister. » Et si Yoann était un noir dans un corps de blanc ? « Je ne me définis pas comme ça. Au fond, peu importe qui je suis. Ma seule motivation, c’est de donner mon cœur à travers ma musique. Je ne cache rien et je ne trompe personne. Sur scène comme dans la vie, je veux d’abord être sincère. » Cette sincérité a fini par payer, le grand public ne s’y est pas trompé. Le 18 mai 2013, Yoann Fréget remportait haut la main la deuxième saison de « The Voice » (TF1).
Un choc ? « Je n’ai pas eu le sentiment d’être emporté par un vent de folie. J’ai surtout pris pleinement conscience de la chance que j’avais eue de toucher le cœur de millions de spectateurs. Ma seule victoire, c’est d’avoir fait comprendre que la musique, c’est d’abord et avant tout de l’amour. »
Cet amour, on le retouve naturellement tout au long des seize titres qui composent son premier album : « Quelques heures avec moi », paru chez Universal Music. « Cet album est en parfaite adéquation avec mon parcours, qui a débuté bien avant « The Voice ». On y retrouve mes racines, avec du gospel et de la soul, mais aussi des touches de pop et de funk. »
Un patchwork riche en couleurs et en sonorités, magnifiquement servi par la voix, unique, de Yoann Fréget. « Je ne rentre dans aucun moule. Pour cet album, je voulais du sur-mesure, pour les textes comme pour les musiques. » Au diable donc le prêt-à-chanter qui envahit les ondes. Yoann a réussi le tour de force d’imposer sa différence, sans même forcer son talent. Sa musique ? Elle donne une incroyable envie de sourire…

En concert à Saint-Quentin :
Dans le cadre du festival « Saint-Quentin en Scène », Yoann Fréget assurera la soirée de clôture avec un concert, programmé le 11 mai au théâtre Jean-Vilar. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le jeune homme a vu grand ! « Nous serons onze sur scène, dont une section de cuivres et trois choristes. » Côté répertoire : « Un mélange de titres de mon album et d’hommages à de grands noms, comme Stevie Wonder, Whistney Houston ou James Brown ».

Laisser une réponse