VPK fait un carton !

On le sait, le plastique n’a plus rien de fantastique du fait de son impact négatif sur l’environnement. En revanche, l’emballage carton semble encore promis à un bel avenir. Et ce, pour deux raisons essentielles :
non seulement il est biodégradable, mais il est également issu d’une ressource renouvelable, la fibre de cellulose, et donc entièrement recyclable. En outre, avec l’explosion du commerce en ligne, le recours au carton pour conditionner et stocker tout type de produits est aujourd’hui exponentiel. Une aubaine pour tous les fabricants d’emballages en carton qui, en France, sont pour l’essentiel dirigés par une poignée de grands groupes : Salca (Espagne), Smurfit Kappa (Irlande), DS Smith (Grande-Bretagne) ou encore VPK (Belgique). C’est d’ailleurs ce dernier qui, depuis 2009, dirige le site de Morcourt, jusqu’alors connu sous le nom d’Ondulys (lire ci-contre). « Notre cœur de métier consiste à produire du carton ondulé pour fabriquer toute une gamme d’emballages adaptés à tous les secteurs industriels », résume Jean-Philippe Pavon, le directeur du site de Morcourt qui, dans son domaine, occupe la place de n°1 en France. Plaques, caisses, découpes, box… Autant d’emballages qui servent notamment à bon nombre d’entreprises du bassin Saint-Quentinois : l’Oréal, Tereos, Nestlé, Majuscule, MBK Industrie, Lu France… Chaque année, l’usine VPK produit 46 000 tonnes d’emballages représentant 106 millions de m2 de plaques de carton ondulé. « Notre objectif est d’atteindre à terme les 140 millions de m2 de plaques, note Jean-Philippe Pavon. Et pour cela, nous avons eu l’idée novatrice de bâtir un magasin de stockage grande hauteur entièrement automatisé. » Un bâtiment de quelque 6 000 m2 au sol, 37 mètres de haut et susceptible de pouvoir abriter quelque 25 000 palettes ! Du gigantisme qui a naturellement un coût : 25 M€ d’investissement ont été nécessaires pour voir apparaître dans le paysage de Morcourt cette tour imposante, mise en service au mois d’avril dernier. En matière d’esthétisme, on fait certes mieux. Mais sur le plan de l’emploi, VPK joue ici les premiers rôles avec 175 salariés et la volonté de poursuivre les embauches pour répondre à une croissance de 5 à 6 % par an.
Le 16 octobre dernier, Frédérique Macarez, à la fois maire de Saint-Quentin et présidente de l’Agglo, s’est rendue sur le site de Morcourt pour une visite des nouvelles installations. Accompagnée de Christian Moiret, vice-président en charge des relations avec les entreprises, elle a découvert sur place une unité à la pointe en matière d’automatisation, faisant du coup figure de modèle au cœur d’un territoire qui mise beaucoup sur la robonumérique. Autre centre d’intérêt pour le maire : le recrutement d’apprentis à travers les filières développées localement par le lycée Colard-Noël et le centre de formation Promeo. Gageons que VPK continuera à faire un carton dans le Saint-Quentinois…

HISTORIQUE

– En 1931, la Société Anonyme du Carton Ondulé Cuirassé (SACOC), nouvellement formée, implante une cartonnerie boulevard Cordier.
– La SACOC déménage pour s’implanter sur la ZI de Rouvroy-Morcourt à la fin des années 80, puis est rachetée par le groupe australien AMCOR Emballages en 1997.
– En 1999, AMCOR cède le site de Saint-Quentin à la filiale du groupe minier anglo-américan Mondi Packaging.
– En février 2009, dans le cadre de son développement en France, Ondulys, membre de VPK Group, acquiert le site de production Mondi à Saint-Quentin. Depuis 2019, le site a pris le nom de la maison mère, Ondulys devenant ainsi VPK.