Vœux du maire

Affluence et ambiance des grands soirs à Fervaques vendredi 5 janvier à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux du maire aux Saint-Quentinois. Pour son 3e rendez-vous de début d’année, Frédérique Macarez a joué la carte de l’innovation côté organisation et affiché d’emblée sa détermination et sa confiance en l’avenir. « Je crois que nous avons un point commun, celui d’aimer Saint-Quentin. » Après avoir rappelé son refus du fatalisme ambiant, elle questionne : « Sommes-nous réellement en difficulté plus qu’ailleurs ? Non, je ne le crois pas. » Forte d’une gestion budgétaire saine, avec un maintien des investissements sans augmenter les impôts, Frédérique Macarez a annoncé avoir candidaté auprès de l’Etat pour que la ville bénéficie d’un « Contrat de ville moyenne ». Celui-ci permettrait de percevoir une dotation de soutien à l’investissement pour accompagner les projets.
Au chapitre de l’éducation, après avoir rappelé le droit à la réussite pour tous, le maire a annoncé pour la rentrée de septembre le dédoublement dans 12 écoles des classes de CP pour favoriser l’apprentissage de la lecture et un retour aux 4 jours d’école, le choix de 89 % des Saint-Quentinois ayant participé à la consultation.
Lutte contre l’isolement des seniors, instauration d’une véritable démocratie participative pour faire évoluer les modes de vie… « Mon objectif est de faire une ville moderne, humaine et solidaire, où chacun a sa place », a conclu le maire avant de présenter ses vœux de belle et heureuse année.

« Une ville moderne, humaine et solidaire »

Vœux aux personnels : « Je suis pragmatique »

Seul instant où l’ensemble de la mairie, du CCAS et du SIAD sont réunis, ce lundi 8 janvier à l’occasion des vœux du maire. « C’est un moment indispensable pour partager les objectifs, pour faire progresser la ville et notre mission de service public au bénéfice des Saint-Quentinois », souligne Frédérique Macarez. Lors de son allocution, elle a rappelé que « le gouvernement demande aux villes de respecter une règle d’or : baisser les dépenses et diminuer l’endettement tout en faisant toujours mieux pour les habitants. Cela ne rend pas la gestion facile, cela nous oblige à être astucieux et réaliser des économies. Mais nous devons tenir compte de la réalité. » Elle poursuit, « en revanche, je ne peux faire des promesses que sur du réalisable, je suis pragmatique et je ne suis pas une conteuse d’histoire. » En 2018, du nouveau matériel va être acheté pour être plus efficace (2 micros balayeuses supplémentaires, des débroussailleuses, des brûleurs thermiques). « Nous devons par ailleurs progresser dans le lutte contre les incivilités. Il n’est pas acceptable que certains habitants ne respectent aucune règle », précise Frédérique Macarez.
Enfin, Madame le maire a rappelé que 2018 sera « une année de concrétisation » avec la réouverture du musée des papillons, avant celle de la bibliothèque, qui deviendra médiathèque, puis l’ouverture du tout nouveau centre social Saint-Martin.