Vivement le Bouffon !

L’édition 2013 des Fêtes du Bouffon ne restera pas dans les mémoires. La météo n’ayant pas voulu accorder sa bénédiction mais un déluge de pluie, le bilan s’est révélé maussade avec un déficit de 7 000 € sur un budget global de 180 000 €. Cette déconvenue n’a pas pour autant entamé la détermination des bénévoles.
Après une année de labeur, l’édition 2014 est dans les starting-blocks. Les 6, 7 et 8 juin prochains, trois jours de liesse en ville ! Les festivités débuteront le vendredi 6 juin dans l’après-midi avec les écoles, dès que le maire aura remis sa marotte au Bouffon.
Samedi 7 juin au matin, dès 10 h, les Champs-Elysées s’éveilleront avec majorettes, le carillon ambulant, les aubades et l’incontournable village médiéval. L’après-midi, place de l’hôtel de ville, du grand show avec la parade des formations du tattoo, puis concert des Millery-s avec les succès des années 70 et 80. Le soir, grand Tattoo international au Palais des sports, avec la participation de sept formations.
Enfin, dimanche 8 juin, reprise dès 10 h sur les Champs-Elysées et à 15 h, défilé carnavalesque à travers la ville avec 42 formations et les géants Herbert, Eleonore et Maurice. Après la dégustation des 3 000 litres de la soupe du Bouffon, défilé de nuit en direction de la plage où, à 23 h 30, sera tiré un feu d’artifice musical pour ponctuer les festivités 2014 auxquelles sont attendues plus de 60 000 personnes.

CIMG2097La confrairie de la soupe du Bouffon recrute

Parmi les formations du défilé carnavalesque, la confrairie de la soupe du Bouffon de Saint-Quentin. Une confrérie dirigée entre autres par un grand maréchal soupier (Jean-Paul Lesot) et un grand tabellion (Jean-Pierre Laigle). Des passionnés de leur ville, son histoire, ses monuments, ses fêtes… et  sa soupe du Bouffon. En costume d’apparat, tablier vert brodé de légumes, cape et faluche aubergine, une louche argentée en pendentif, ils organisent, avant la dégustation des 3 000 litres du précieux beuvrage, le rituel d’intronisation des nouveaux venus, qui devront jurer fidélité à la soupe jusqu’à son dernier bol. Chaque année, la confrairie de la soupe du Bouffon s’offre une douzaine de sorties, dans le Nord, les Ardennes, la Bretagne, la Belgique…  pour répondre aux invitations d’autres confréries. Quatorze d’entre elles seront d’ailleurs présentes pour les fêtes du Bouffon. En attendant, Jean-Pierre Laigle aimerait voir sa confrérie s’étoffer de nouveaux membres. Contact  par courriel : jeanpierre.laigle@wanadoo.fr. Avis aux amateurs !

Les plus pointilleux de nos lecteurs auront noté que la confrairie de la soupe du Bouffon a opté pour une orthographe ancienne. Mais aujourd’hui, c’est le « é » qui s’applique à confrérie.

Laisser une réponse