Ville amie des aînés – Thomas Dudebout élu président

Chapeau bas ! à 34 ans, Thomas Dudebout vient d’hériter d’une très belle casquette en étant élu, le 6 juillet dernier à Dijon, président du Réseau francophone des Villes amies des aînés (RFVAA), qui compte aujourd’hui dans ses rangs pas moins de 218 collectivités adhérentes. Pour mémoire, rappelons que ce réseau est né en 2012, voici tout juste dix ans, à l’initiative de François Rebsamen, alors sénateur-maire de Dijon. Son idée ? Créer une version francophone du réseau mondial des villes et communautés amies des aînés, mis en place deux ans plus tôt par l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Après une décennie de présidence, François Rebsamen a donc souhaité transmettre le flambeau, à l’heure où la transition démographique apparaît comme un enjeu essentiel en France. Un pays qui n’en finit plus de voir ses rides se creuser et où les plus de 60 ans sont devenus, depuis 2015, plus nombreux que les moins de 20 ans…
« C’est un fait, notre pays vieillit et, plus que jamais, nous avons besoin de faire évoluer nos pratiques politiques et administratives dans l’accompagnement des seniors », estime Thomas Dudebout. Ces enjeux, il les connaît parfaitement : d’abord en tant que maire-
adjoint en charge de la Participation citoyenne et des Grands projets, ensuite parce que Saint-Quentin est membre depuis 2016 du RFVAA. « En adhérant à ce réseau de partage d’expériences et de bonnes pratiques, nous avons multiplié les initiatives dans tous les domaines : habitat, transports et mobilité, action sociale, culture et loisirs, autonomie, services et soins… Aujourd’hui à Saint-Quentin, le catalogue d’activités proposées aux personnes âgées est extrêmement varié. Mais nous savons que nous devons progresser dans d’autres domaines, notamment dans l’accompagnement des seniors qui ne sont pas en perte d’autonomie et avec lesquels nous avons plein de choses à inventer au quotidien. »
Elu pour trois ans à la tête du RFVAA, en duo avec la Grenobloise Kheira Capdepon, désignée vice-présidente, Thomas Dudebout est conscient d’avoir du pain sur la planche :
« L’une de mes priorités sera de gérer au mieux les 9 M€ de subventions que nous venons d’obtenir de l’Etat, via le « Fonds d’appui pour des territoires innovants seniors » et qui va nous permettre d’aider à financer un très grand nombre de projets soutenus par des collectivités, quelle que soit leur taille. J’aurai aussi à cœur de faire vivre le label « Ami des Aînés », qui vise à valoriser les dynamiques territoriales et à accompagner pas à pas les acteurs locaux dans la mise en œuvre de leurs engagements en faveur des aînés. »
Autre cheval de bataille : la lutte contre « l’agisme » qui, sournoisement, prend la forme de multiples discriminations vis-à-vis des plus âgés. Et puis, de manière un peu plus anecdotique, Thomas reconnaît en souriant qu’il aimerait redonner toutes ses lettres de noblesse à une expression que l’on a trop souvent tendance à gommer de notre vocabulaire : les vieux. « Cette désignation n’a rien de péjoratif. Au contraire ! Moi, j’aime bien qu’on parle des vieux. A travers ce terme, je veux voir du respect et non du rejet. »
Puissent les apôtres du « jeunisme » entendre le nouveau président du RFVAA ! A ceux-là, nous rappellerons cette citation pleine de saveur de notre ami Jean d’Ormesson : « Vieillir, c’est bien la seule façon que nous avons trouvé de ne pas mourir… »