Trois drôles de dames en compétition… Télé pris qui croyait prendre !

De 1968 à 1982, Danièle Gilbert a partagé quotidiennement le déjeuner de millions de Français avec « Midi Première ». Une émission qui a fait d’elle une animatrice culte ! Aujourd’hui, c’est sur les planches qu’elle fait son grand retour. Avec le rire en bandoulière, la voici à l’affiche d’une savoureuse comédie – « Les trois glorieuses » – dans laquelle elle forme un trio épatant avec deux autres légendes du petit écran : Evelyne Leclerq et Sophie Darel. Rencontre…

On vous retrouve actuellement au théâtre dans « Les trois glorieuses », une comédie qui parle beaucoup de télévision…
– D. Gilbert : « Cette pièce met effectivement en scène trois anciennes animatrices télé contactées par un producteur pour faire leur retour à l’écran. Tout se passe plutôt bien jusqu’au moment où elles prennent conscience qu’il n’y a qu’une place à prendre et qu’elles sont en fait en compétition. Du coup, c’est la porte ouverte à toutes les vacheries ! »
Bref, « télé » pris qui croyait prendre… Jusqu’où seriez-vous prête à aller pour réussir ?
– D. Gilbert : « Moi ? Nulle part ! (rires) D’ailleurs, ce sont les hasards qui ont construit ma vie plus que la volonté de réussir… Quand j’étais étudiante, je souhaitais devenir prof d’allemand à la fac. J’avais fait hypokhâgne, puis une licence d’allemand. Pour vaincre ma timidité, je faisais un peu de théâtre amateur à Clermond, ce qui m’a permis de passer des castings pour être speakerine à la radio, puis à la télévision dans des stations régionales. Mais en réalité, je n’imaginais pas faire carrière dans l’univers des médias. Tout s’est passé à l’insu de mon plein gré ! »
Sur scène, vous avez pour partenaires deux animatrices de légende que sont Evelyne Leclercq et Sophie Darel…
– D. Gilbert : « Toutes les trois, on se connaissait un petit peu sans jamais vraiment se fréquenter. D’ailleurs, on continue d’apprendre à se connaître. Evelyne et Sophie sont d’une infinie gentillesse et on partage ensemble de délicieux moments. J’ignore encore si on forme un trio épatant mais sur scène, il y a une belle complicité.  »
Voilà 38 ans que « Midi Première » a disparu du petit écran. Nostalgique ?
– D. Gilbert : « Ah non ! J’ai horreur de la nostalgie même si j’ai bien conscience d’en faire partie. En revanche, je savoure encore la popularité que m’a apporté cette émission et qui ne m’a jamais quittée depuis toutes ces années. »
Le théâtre vous accompagne depuis longtemps mais toujours dans le registre de la comédie. C’est un choix ?
– D. Gilbert : « Pas du tout ! Je vais là où on me demande. Cela dit, c’est assez rafraîchissant de jouer des comédies. Il y a un an et demi, j’ai perdu mon compagnon et j’ai souvent morfler. Du coup, il ne faut jamais perdre une occasion de rire et de savourer les petits bonheurs de la vie. Mes petits bonheur à moi, c’est ma famille et les gens qui me donnent un petit bout de leur cœur… »  B. Duchet
« Les trois glorieuses » : dimanche 8 mars à 16 h au théâtre Jean-Vilar. Tarif plein : 29 €.
Billetterie au 03 23 62 36 77.

8 places à gagner !

Saint-Quentin vous offre 8 places pour assister aux « Trois glorieuses » dimanche 8 mars au théâtre Jean-Vilar (16 h). Pour tenter de gagner deux places, envoyez vos noms et prénoms à sqmag02@gmail.com avant le vendredi 6 mars à 15 h. Quatre lecteurs tirés au sort gagneront chacun deux places et seront prévenus par mail. Bonne chance !