Stopblues – l’appli qui peut vous sauver la vie

Dans une société qui isole plus qu’elle ne rassemble, avec un nombre record de suicides en France (3 fois plus qu’en Espagne et en Italie, 2 fois plus qu’au Royaume Uni), Frédérique Macarez a profité d’une expérimentation du ministère des Solidarités et de la Santé pour mettre en place un dispositif d’aide et de prévention à la déprime. Après la mise œuvre des conférences dédiées à la santé, la Ville innove donc une nouvelle fois. Les personnes souffrant d’un mal de vivre après une rupture, un décès, une maladie, la perte d’un animal de compagnie… Celles et ceux qui se sentent fatigués, insomniaques, isolés… sont invités à télécharger l’application « Stopblues » sur leur ordinateur, tablette ou smartphone. Un objectif : prévenir la souffrance psychique et le risque de suicide. Une démarche anonyme et gratuite.
Le principe est simple, répondre à un questionnaire qui permettra de s’auto-évaluer, mesurer son taux de déprime. Des propositions d’aide sont alors faites. « Pas uniquement médicales, cela peut être des vidéos de relaxation, du sport, des loisirs… », précise Sandrine Diot, la responsable de la Maison de l’égalité et du droit. Saint-Quentin a enrichi ce dispositif en mettant en place une déclinaison pour les jeunes (18-25 ans), une autre pour les seniors, ainsi qu’un système de géolocalisation pour identifier les médecins les plus proches, sans oublier les associations susceptibles de leur venir en aide comme les Restos du cœur, La Croix Bleue… L’hôpital est lui aussi partie prenante dans ce dispositif avec, dès l’arrivée aux urgences, la mise en place d’un accompagnement spécifique et d’un suivi lors de la sortie. « Même si cette application ne permet qu’une seule personne ne se suicide pas, c’est déjà ça », a conclu le maire.

Rendez-vous sur www.stopblues.fr