St-Quentin prépare son nouveau visage

macarez

pont inauguration

La ville entre dans une nouvelle phase de grands travaux avec le réaménagement du parvis de la basilique et la mise en sécurité du pont de la gare et du pont du canal. Inaugurés le 16 mai 1929, empruntés au quotidien par 8 500 véhicules, dont 5 % de poids lourds, les deux ponts en béton qui relient les deux parties de la ville se sont dégradés au fil des années : porosité, fissures… Depuis quelques semaines, les candélabres sont démontés. « Notre rôle est de garantir la sécurité », insiste le maire Frédérique Macarez. Du 26 juin à la mi-octobre, des travaux d’étanchéité, de réseaux, trottoirs et chaussées seront effectués. Travaux qui entraîneront quelques perturbations avec une circulation réduite de 4 à 2 voies. Les accès à la gare et au parc d’Isle seront toujours maintenus. Les travaux reprendront durant l’été 2018 avec la réfection des parements et des garde-corps.
Coût des travaux : 3,8 M€, subventionnés par l’Etat à hauteur de 1,6 M€ et le Département pour 134 000 €.
Second chantier et non des moindres, l’aménagement du cœur de la ville, un site historique et emblématique : la place de la basilique. Un lieu riche de dix-sept siècles d’histoire. Le projet : créer un véritable parvis, des espaces verts, un parking digne de ce nom et voir disparaître la friche Lépilliez-Dubois qui fera place à un immeuble commercial en rez-de-chaussée et une cinquantaine de logements dans les étages. « Il est temps d’agir. On ne peut pas imaginer rester dans la situation que nous connaissons. Ce lieu est indispensable pour la vitalité du centre-ville, des commerces, du tourisme et de la vie locale », insiste le maire.
Le projet sera conduit sur plusieurs années et élaboré après des concertations avec la population et les commerçants. Cette année, outre la démolition de la friche, des études des sols seront réalisées pour localiser caves, galeries, souterrains… Puis viendront les diagnostics archéologiques avant les fouilles programmées l’an prochain. Pour limiter l’impact sur la vie quotidienne, ces travaux seront effectués de nuit jusqu’à la mi-juillet. Les habitants seront tenus informés des différentes étapes du chantier. L’architecte sera désigné en 2019 pour un début des travaux l’année suivante. « Il en va de la vitalité de la ville, si nous ne faisons rien, nous ne pourrons pas améliorer la situation », martèle Frédérique Macarez bien décidée à redynamiser Saint-Quentin.