St-Quentin future Silicone Valley

Saint-Quentin a accueilli durant deux jours au palais des sports la 3e édition de la convention d’affaires « Robomeetings – Smart Industry ». Un événement unique en France, initié par l’Agglo du Saint-Quentinois, elle-même labellisée « Territoire robonumérique d’excellence ». Les 13 et 14 novembre, cette manifestation a rassemblé plus de 700 professionnels avec pour objectif de faciliter les échanges entre professionnels, booster les rencontres entre l’enseignement supérieur, la formation et le monde industriel, et répondre aux interrogations de chacun.
Les participants ont notamment pu découvrir les solutions et mutations majeures de l’usine du futur, plus robotisée, plus digitalisée et plus collaborative. Une réalité économique qui recense déjà aujourd’hui sur le territoire sept intégrateurs de robotique pour 300 emplois. « La mutation technologique, soit on la subit, soit on essaie d’en faire un accélérateur, et c’est notre pari. Notre ambition est d’aller plus loin », a déclaré Frédérique Macarez avant de rappeler l’existence à Saint-Quentin des filières de formations technologiques allant de Bac + 2 à Bac + 5, ainsi que l’implantation à l’espace Créatis d’une antenne d’EuraTechnologies. Laquelle se présente comme un incubateur et accélérateur de start-up, abritant aujourd’hui dix-huit porteurs de projet et cinq start-up. « N’hésitez pas à venir nous voir, à partir du moment où l’on a la volonté et de bonnes idées, je pense qu’il y a un champ des possibles à Saint-Quentin », a lancé Frédérique Macarez aux entrepreneurs. L’Agglo du Saint-Qentinois s’est ainsi donné pour mission d’être un facilitateur de business et d’emplois.
Au cours de sa conférence sur le thème « Economie européenne et mutation technologique », l’essayiste et économiste Nicolas Bouzou a qualifié de chance le rythme de destruction créatrice qui s’accélère avec la 3e révolution industrielle. Une révolution qui pourrait faire en sorte que dans la Silicone Valley des Hauts-de-France, des start-up saint-quentinoises deviennent, pourquoi pas, les GAFA de demain ! Par ailleurs, EuraTechnologies a annoncé la création en juin 2020 d’une université dotée d’un fond d’investissement de 40 M€.

Olympisme : Saint-Quentin « Terre des Jeux 2024 »

Le 20 novembre à la porte de Versailles à Paris, dans le cadre du Congrès des maires de France, Frédérique Macarez a appris que Saint-Quentin avait été labellisée Terre des Jeux 2024. Tony Estanguet, président de « Paris 2024 », et François Baroin, président de l’Association des maires de France, ont annoncé la liste des premières communes labellisées. Plus de 1 000 candidatures avaient été enregistrées ! D’autres vagues de labellisations devraient suivre.
Lancé par « Paris 2024 » en juin dernier, ce label va permettre à chacun de contribuer, à son échelle, à trois grands objectifs : la célébration, pour faire vivre à tous les émotions des Jeux olympiques ; l’héritage, pour changer le quotidien des Français grâce au sport ; et l’engagement, pour que le projet profite au plus grand nombre. Les collectivités labellisées s’engagent à développer des actions pour promouvoir le sport et les JO auprès de leurs habitants, dans le respect de la charte olympique et de la charte éthique de « Paris 2024 ».
« C’est une opportunité pour la ville, qui va lui permettre d’accueillir pour les entraînements différentes délégations sportives. C’est formidable pour l’économie et le rayonnement de la ville, une opportunité pour les clubs de promouvoir le sport », a confié Frédérique Macarez.