SQBB : nouveau coach

SQBB sur de nouveaux rails ? C’est en tout cas la volonté du club qui entend manifestement prendre un nouvel élan. Après l’arrivée la semaine passée du légendaire Chris Singleton au poste de conseiller du président, un nouveau coach a également été désigné, en remplacement de Jean-Manuel Sousa, parti au Havre. Son nom : Jérôme Navier. Un entraîneur jeune (40 ans) qui a fait l’essentiel de sa carrière à Cholet, où il a notamment coaché l’équipe de Pro A durant six mois la saison passée. Pourquoi lui ? « On a fait le choix d’un jeune entraîneur qui a faim. Jérôme fera du très bon travail ici », insiste Chris Singleton.
Reste à mieux cerner le profil de celui qui dit avoir Eric Girard pour mentor. « Je suis plus un coach offensif que défensif. Mais je ne suis pas pour autant dans le run and gun. Je reste très attaché au pourcentage de réussite », insiste Jérôme Navier. Côté recrutements, le club concède avoir pris du retard. Qu’en pense le nouveau coach ?
« Ça va être une histoire de mecs. Va falloir recruter malin, des joueurs qui transpirent quelque chose. » Et dans ce domaine, Jérôme Navier entend surtout miser sur des JFL, des joueurs formés localement. Bref, de nouveaux hommes pour un nouveau projet sportif. Mais avec quelles échéances ?
« La première année, on souhaite se stabiliser sur tous les plans sportifs pour s’améliorer dans les deux ans, détaille Chris Singleton. L’objectif est évidemment d’intégrer le top 8. Mais il faut être raisonnable et patient. »

Le maire met les poings sur les… hypocrites !

Chaude ambiance au palais des sports à l’occasion de la présentation à la presse du nouvel entraîneur du SQBB. En guise de mise en bouche, Frédérique Macarez a en effet tenu à mettre les points sur les « i » en délivrant trois messages : « Le président Patrick Dupuy a pleinement ma confiance. » Une façon pour le maire de conforter l’intéressé à son poste. « Mais en tant que maire,  la situation ne me satisfait pas, a poursuivi Frédérique Macarez. Le sport de haut niveau est important mais pas à n’importe quelles conditions, notamment financières. »
Le maire souhaite donc une équipe soudée, « pleinement attachée au développement du club. » Enfin, dernier message et non des moindres, adressé à « tous les chuchoteurs de couloir qui ne sont jamais en première ligne. Certains parlent d’ingérence de la mairie. Mais n’oubliez pas que le SQBB perçoit 690 000 € d’aides directes et 120 000 € d’aides indirectes. » Ce qui, avouons-le, donne à la Ville un certain droit de regard. On le sait, les conseilleurs sont rarement les payeurs. Une évidence qui n’empêche pas les mauvaises langues de saliver…