SQBB dynamité

On en rêvait de cette première victoire à domicile. Oh oui ! Et puis, ça ne l’a pas fait. Pire encore, le SQBB s’est littéralement fait étriller par Orchies le 19 décembre dernier. Laminé, éparpillé par petits bouts, façon puzzle ! A force, certains mauvais esprits vont finir par penser que cette jolie brochette d’asperges saint-quentinoises à la sauce yankee est surtout bonne à beurrer les sandwiches… « Une fois encore, on se fait bousculer d’entrée de jeu et on passe le match à courir après le score, analyse Jean-Guy Pellis. Et puis, le pire est arrivé dans le dernier quart temps où le SQBB a fini par totalement s’écrouler. »
Score final : 61 à 81. Un bourre-pif qui chatouille là où la décence nous empêche d’en dire plus. D’autant qu’en face, ils n’avaient pas vraiment des flingues de concours ! Au terminus des prétentieux qu’ils auraient dû finir ces Orchésiens de malheur. Mais voilà, du côté bleu et blanc, on leur a grandement facilité la vie. « On a des pourcentages catastrophiques, déplore Jean-Guy. Pour les paniers à 3 points, on est à 16 %. Et à peine à 40 % à 2 points. Dans ces conditions, impossible de plier un match. » Bon, si les hommes de Jean-Manuel Sousa ne veulent pas recevoir un tutu à Noël, va falloir qu’ils sortent le vitriol. Du brutal. Fini la détente et les tables rondes. « On attend les deux derniers matchs avant la trêve. Si on enchaîne sur deux nouvelles défaites, on devra modifier la configuration de l’équipe », confirme Jean-Guy. Bref, au diable les pointes et les entrechats ! Ce qu’il nous faut maintenant, c’est du bon vieux basket qui carbure au courage et à l’alambic.