SOS pour l’OSQ

« Un revers cinglant de plus pour l’OSQ qui, en perdant 0 à 2 contre Moissy le 14 février, dit définitivement adieu à ses rêves de montée. Pis que cela, il s’est mis de facto en position précaire dans ce groupe de CFA2 compact. Car le problème est là, personne ne domine, tout le monde est au niveau. La différence se fait au mental, à l’implication, à la capacité inventive. En dominant outrageusement les visiteurs Moisséens ce samedi soir, les Olympiens ont manqué de variété offensive, de percussion, d’imagination. On a assisté à un siège des buts adverses, mais si au Moyen Age le bélier finissait souvent par abattre les portes du château, il n’en a rien été ce 14 février. Les joueurs visiteurs ont fait preuve de totale abnégation, d’un moral de fer. Arrivés avec un mental de conquérants, ils sont repartis en vainqueurs. Certes contre le cours du jeu, mais les quatre points qui sanctionnent cette victoire ne font pas la différence et le classement non plus. Quel gâchis ! Comment se satisfaire d’une telle situation, comment positiver. En resservant les sempiternels : « le foot n’est pas une science exacte », « le meilleur ne gagne pas toujours »… Et à force d’édulcorer le propos, de trouver des causes circonstancielles aux résultats, on s’enfonce chaque fois un peu plus profond. Il est plus que temps de mettre les mains dans le cambouis, de ne plus seulement jouter, mais de combattre. Car il reste l’honneur à sauver. »