Sécurité rime avec proximité

Sécurité : une préoccupation de tous les jours pour bon nombre de Saint-Quentinois. D’où les réunions régulièrement organisées dans les quartiers avec les habitants. Le 14 novembre dernier, c’est au centre social du Vermandois que se sont déplacés les responsables de la police nationale et municipale, accompagnés d’élus et du sous-préfet Jean-Jacques Boyer. L’occasion pour ce dernier de rappeler que Saint-Quentin était loin d’être une ville coupe-gorge. « En revanche, c’est toujours une épreuve difficile quand on subit une agression, un vol ou un cambriolage. »
Face à la trentaine d’habitants présents, Frédérique Macarez, maire adjoint en charge de la sécurité, a pour sa part insisté sur la nécessité, pour les services de police, d’avoir des remontées terrain : « Pour mieux coordonner les actions, il faut d’abord comprendre les problèmes auxquels vous êtes confrontés. » Un habitant de Cépy en a profité pour dénoncer une série de cambriolages dans son village : « Trois en un mois. On est très inquiet. » Une inquiétude légitime aux yeux du commandant de police Patrick Chargelaigre qui, en cas de cambriolage, a rappelé une évidence : « Quand on nous appelle, les gens ont parfois déjà tout lavé ou rangé. Or, il ne faut toucher à rien pour laisser intervenir la police scientifique et technique. » Quoi qu’il en soit, la police a annoncé que le plan anti-cambriolage allait être renforcé. Idem pour les patrouilles à pied dans le quartier de Vermand.
Les incivilités au quotidien ont naturellement été au cœur des débats. Exemple avec cette habitante de la rue Chabrier : « Dans mon immeuble, la serrure de la cave est sans cesse vandalisée. Du coup, des drogués viennent squatter les lieux. L’odeur remonte jusque chez moi. » Un casse-tête pour l’Habitat Saint-Quentinois, qui passe son temps à remplacer les serrures et les câbles arrachés…
Une autre riveraine s’est interrogée quant à l’utilisation de la caméra de surveillance, installée le 19 octobre dernier dans la rue Bugain : « Est-ce qu’elle fonctionne vraiment ? » Réponse du Cdt Chargelaigre : « Non seulement elle fonctionne, mais elle nous a déjà permis de résoudre une affaire. » Avec une centaine de ces caméras installées à Saint-Quentin, le constat est clair pour Michel Bion, le responsable de la police municipale : « La ville est maillée. »
Enfin, une résidente a dénoncé le problème des voitures-ventouses : « J’habite le quartier depuis 30 ans, je m’y plais, mais rien n’est fait pour les véhicules qui restent parqués plus d’un an. » Réponse de Frédérique Macarez : « C’est vrai qu’on a des difficultés avec les véhicules épaves parce qu’on a une problématique liée à la fourrière. Un appel d’offres devrait bientôt être lancé afin de résoudre le problème en début d’année prochaine. »

Police : 17. Police municipale : 03 23 62 42 42 (jusqu’à 21 h en cas d’urgence).
Médiateurs de nuit : 06 73 33 99 71 (16 h 30 à minuit du mardi au samedi).