Rue Raspail : ça défriche ! 28 logements vont voir le jour d’ici avril 2023

Composée d’immeubles vétustes et d’anciens commerces tombés en décrépitude, une friche a longtemps défiguré le bas de la rue Raspail, à deux pas de la place aux grenouilles. Jusqu’au jour où la municipalité de Saint-Quentin a décidé de prendre le taureau par les cornes pour raser le tout et gommer cette verrue urbaine. Cinq parcelles d’une superficie totale de 936 m2 ont ainsi été aménagées pour accueillir de nouveaux bâtiments dans le cadre du programme « Action cœur de Ville », qui vise à redynamiser le centre-ville. Et pour cela, quoi de mieux que de construire des logements neufs.
Dans le rôle du maître d’œuvre, c’est l’Opal (Office public de l’habitat de l’Aisne) qui a été retenu pour acquérir les cinq parcelles, moyennant 81 000 € selon l’estimation de France Domaine. Présidé par Freddy Grzeziczak, ce bâilleur social gère déjà quelque 13 500 logements à travers le département. « Nous sommes présents à Laon, Soissons, Hirson ou encore Château-Thierry mais jusqu’alors, nous n’étions jamais intervenus à Saint-Quentin. Pour nous, c’est une première », se félicite le président de l’Opal, qui s’engage à livrer pour avril 2023 pas moins de 28 logements. Deux cibles sont particulièrement visées : les seniors et les jeunes actifs. Adaptés aux besoins de chacun, 21 deux-pièces, 6 studios et 1 trois-pièces seront proposés à la location.
« Nous avons souhaité opter pour un projet très qualitatif avec des façades élégantes qui font la part belle à la brique. Chaque appartement donnant sur la rue Raspail, réputée pour être passante, disposeront d’un balcon fermé, une sorte de jardin d’hiver où l’ont peut se prélasser sans souffrir du bruit de la circulation. Par ailleurs, tous les logements situés au rez-de-chaussée seront surélevés pour préserver l’intimité de leurs occupants », détaille Freddy Grzeziczak. Quant aux loyers, ils seront forcément modérés puisqu’on est ici dans le logement social.