Robots : le match

Wall-E, R2-D2, Astro Boy… Quelques films mythiques auront suffi à accorder aux robots le statut de star au cinéma. En référence à ces machines, la finale nationale des Trophées de la robotique aura pour thème les Robomovies. Cette grande finale se tiendra ce week-end (2 et 3 mai) au Palais des sports. En France, plus de 250 équipes ont participé au concours. La finale à Saint-Quentin rassemblera les 60 meilleures d’entre elles. Soit plus de 700 jeunes de 7 à 18 ans, qui se sont amusés sur un sujet sérieux.
Depuis l’automne dernier, ces enfants débordent en effet d’ingéniosité pour répondre à un cahier des charges. « Le robot devra faire plusieurs actions : fermer des claps, dérouler un tapis et monter des marches », explique Benoît Henry, le responsable national de Planète sciences, l’association organisatrice. Les petites machines ont soit été fabriquées en classe, soit lors d’ateliers dans les centres sociaux.
Ce fut notamment le cas au centre Artois-Champagne. « Les enfants étaient vraiment motivés du début à la fin. Il y a eu un véritable investissement de leur part », confie Alexandre Lesur, responsable du centre. Hélas, aucune équipe saint-quentinoise n’a pu se hisser en finale. Elles présenteront tout de même leurs créations aux visiteurs. Les duels de robots n’ont rien de violent. « Les matches sont chronométrés. Chaque tâche à remplir donne des points », reprend Benoît Henry. Comme toutes les équipes n’ont pas les mêmes moyens, différents prix seront distribués pour les récompenser : innovation, fair-play ou communication.
Cet événement s’inscrit pleinement dans le développement robonumérique de l’agglomération saint-quentinoise. « C’est le cœur de filière que nous voulons mettre en place. Le plus jeune âge entre dans cette action globale », confirme Frédérique Macarez, vice-présidente chargée du développement du projet. Alors pour voir de mignonnes petites machines s’affronter dans une ambiance survoltée, rendez-vous au Palais des sports !

Des machines robotisées au lycée Condorcet

Les robots ne sont pas seulement ludiques. Ils sont aussi pratiques et trouvent leur place dans l’industrie. Au lycée Condorcet, les étudiants en BTS Conception et réalisation de systèmes automatiques (CRSA) programment et manipulent des machines robotisées. Pour approfondir leurs connaissances, les futurs techniciens ont pu travailler sur un bras robotisé de la marque nippone Yaskawa. Cette machine a été achetée par le groupe Zehnder de Vaux-Andigny qui produit des radiateurs. Un de ses postes de travail causait des troubles squelettiques. Grâce au bras robotisé et à la solution développée par les étudiants, ces maux disparaîtront. Le salarié pourra désormais s’affairer à des tâches moins pénibles. « On peut travailler sur du matériel que l’on a pas d’habitude d’avoir. Nos étudiants ont pu être formés par un technicien du constructeur », détaille Martial Gartner, professeur de CRSA. Un partenariat gagnant pour tous. Avec le soutien de l’agglomération saint-quentinoise, le lycée espère bientôt l’arrivée d’un autre robot plutôt de type humanoïde.