Robonumérique : la révolution est lancée

Durant trois jours, « L’an 1 de la Robonumérique » a marqué le début d’une nouvelle ère à St-Quentin, mais aussi une prise de conscience collective de l’importance de cette révolution par l’innovation. Une indéniable opportunité pour l’avenir. Cette première nationale a permis de mettre en exergue l’ampleur des solutions innovantes qui vont bouleverser la production, en permettant de surcroît de fabriquer à des coûts très compétitifs évitant ainsi les délocalisations.
Après les révolutions de l’outil et de la machine-outil, celle des solutions robotisées avec le numérique a permis à Bruno Bonnel, président de Syrobo et d’Awabot, d’affirmer : « La France peut être la Californie de demain ». Un espoir qui balaie une idée reçue puisque les pays les plus robotisés sont aujourd’hui ceux où le taux de chômage est le plus faible. Avec 40 000 robots industriels en France, contre 170 000 chez nos voisins d’outre-Rhin, il n’y a plus de temps à perdre. Xavier Bertrand affiche d’ailleurs sa volonté de faire de la robonumérique un enjeu prioritaire du développement, avec notamment les formations dans ce domaine proposées par l’Insset.
Parmi les nouveaux métiers, le développement d’applications pour les robots, dans les secteurs de l’industrie, l’agriculture, la santé, la sécurité, la dépendance… semble promis à un bel avenir. La France prendra-t-elle le train en marche ? Une donnée le laisse espérer : en 2002, seuls 3 % des Français rêvaient de créer leur entreprise, ils sont six fois plus nombreux aujourd’hui. D’où la volonté de Xavier Bertrand de favoriser les écosystèmes dérogatoires destinés à aider à la création d’entreprises.

Pure merveille
Pour son premier passage sur le sol français, inutile de dire qu’Asimo a suscité un formidable engouement au palais de Fervaques ! « Impressionnant » : c’est le mot qui s’imposait devant ce robot humanoïde, le plus évolué au monde. Avec cette curieuse impression qu’il sait absolument tout faire.
Il marche, il court (jusqu’à 9 km/h), il danse, il monte les escaliers, il vous sert la main, ouvre une canette de soda et vous sert à boire ! Une pure merveille technologique, conçue par la firme japonaise Honda.

18 bougies
Au passage, précisons qu’Asimo mesure 1,30 m pour 50 kg et que son nom s’inspire d’Isaac Asimov, le plus génial des auteurs de science-fiction. Détail non négligeable : Asimo est depuis peu majeur. Eh oui, cela fait maintenant 18 ans que la société Honda travaille sur ce projet ambitieux.

Pour quoi faire ?
A quoi sert-il ? Au fond, la question se justifie, même si la réponse est un peu déconcertante : à pas grand-chose. Vous l’aurez compris, ce robot est pour l’heure un prototype expérimental, qui tend à se rapprocher de l’homme. Mais à terme, Asimo pourrait avoir une vraie fonction : Honda le destine en effet à devenir un robot d’assistance, susceptible de pouvoir seconder une personne âgée à son domicile. Selon les ingénieurs, ce rêve pourrait devenir réalité en 2020.