Que du muscle !

C’est bien connu, les chiens ne font pas des chats. Après s’être adonné de 6 à 13 ans aux plaisirs du motocross, contraint d’abandonner cette discipline après un accident qui lui avait valu un traumatisme crânien, Benjamin Duval décide en 2014 de se mettre au culturisme. Une tradition familiale puisque son père Olivier en fut champion de France. « Je voulais être différent des autres, ne pas ressembler à tout le monde », confie celui qui travaille au quotidien chacun de ses muscles pour obtenir un corps le plus sculpté possible. Aujourd’hui, au prix de plus de 2 heures (6 jours sur 7 !) passées à lever plusieurs tonnes de fonte, Benjamin Duval, 25 ans, tout en muscles, pèse 85 kg pour 1,75 m. « Je suis motivé par le changement physique qui résulte de mon travail », explique l’homme fort qui s’astreint à un travail programmé par son coach, un professionnel parisien du nom de Max Fox. « Chaque jour a son travail spécifique : le lundi les pectoraux et les biceps, le mardi le dos et les triceps, etc. » Mais pour parvenir aux meilleurs résultats, en plus des exercices physiques, l’alimentation tient un rôle de première importance. « C’est 80 % du résultat. Je prends six repas par jour. Des repas calibrés au gramme près, il n’y a pas un grain de riz en plus. » Des repas principalement concoctés par sa famille et plus particulièrement Annie, sa grand-mère. Sur la 3e marche du podium des championnats de France en 2018, Benjamin prépare actuellement un des plus importants concours d’Europe qui aura lieu le 28 mars prochain à Colmar. Son objectif : entrer dans le top 5, avec l’envie de pousser un jour les portes du professionnalisme. En attendant, salarié chez Gedimat, le jeune champion garde la tête sur les épaules. « Le culturisme est un beau sport, mais il ne faut pas faire n’importe quoi, il faut être suivi. C’est avant tout une hygiène de vie. »