Prévenir les dangers du Web

Internet et les réseaux sociaux peuvent être un danger pour les enfants et les adolescents. Aujourd’hui, environ 48 % des élèves de 4e possèdent un smartphone et 78 % d’entre eux sont inscrits sur un ou plusieurs réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tweeter, Snapchat…). Mais attention, ces moyens de communication peuvent engendrer des problèmes. Sur le Web, sans véritable surveillance, les enfants et ados peuvent facilement avoir accès à des contenus pornographiques ou de propagande, des jeux en ligne, qui ne sont pas forcément adaptés à leur âge…
Les réseaux sociaux sont aussi source de danger : cyberharcèlement (22 % des élèves de 3e avouent avoir déjà été victimes de harcèlement ou d’injures via les réseaux sociaux), divulgations de photos ou d’informations personnelles, rumeurs, etc. Les parents sont conscients de ces risques mais se sentent souvent désemparés. D’autant que les enfants en savent beaucoup plus qu’eux sur l’utilisation des nouveaux médias ! Seulement 41 % des jeunes inscrits sur les réseaux sociaux solliciteraient de l’aide auprès d’un adulte en cas de problème.
Outre certaines dérives que peuvent engendrer ces nouveaux moyens de communication, ils peuvent aussi susciter des problèmes de santé : baisse des performances physiques et intellectuelles, irritabilité, baisse des défenses immunitaires… le tout souvent causé par le manque de sommeil.
Consciente que la prévention est la meilleure arme contre les dangers du Web, la ville de Saint-Quentin, en partenariat avec Axa Prévention, a décidé d’organiser une conférence sur le sujet. Eric Andrade, spécialiste des nouveaux médias, sera ainsi présent le jeudi 18 janvier au palais de Fervaques pour débattre du thème suivant : « Internet, parents informés, enfants protégés ». Une conférence ouverte à tous, suivie d’une séance de questions-réponses. L’occasion pour chacun d’être précisément informé, notamment sur les bons réflexes à adopter face aux comportements à risque.
Conférence à 19 h à Fervaques. Entrée libre.

Rencontre avec Eric Andrade, expert des nouveaux médias

– Comment êtes-vous devenu un expert des nouveaux médias et de ses dangers ?
Eric Andrade : « Cela fait 20 ans que je travaille dans ce domaine et il y a 7 ans, on m’a sollicité pour donner des conseils sur comment bien préparer les enfants et les ados à une bonne utilisation d’Internet et des réseaux sociaux… C’est un sujet qui me passionne. On constate que l’usage des enfants n’est pas approprié et c’est ce qui me motive. »
– Vous intervenez régulièrement auprès des jeunes. Sont-ils conscients des dangers ?
E.A. : « Dans une majorité des cas, ils n’ont pas envie de se mettre en danger. Mais ils n’ont pas toujours conscience qu’une photo envoyée par mail ou diffusée sur Internet peut vite leur échapper. Ils ont également une méconnaissance du droit à l’image. Sur les jeux vidéo qui comportent des fenêtres de dialogue, ils ne songent pas au fait qu’ils peuvent parfois tomber sur des personnes malveillantes qui ne sont pas de leur âge. Voilà pourquoi ils ont besoin d’être accompagnés. »

– Quels sont les dangers majeurs d’Internet et des réseaux sociaux ?
E.A. : « Il y en a plusieurs. Cela peut être une exposition à des images violentes, comme la pornographie. Il peut aussi y avoir de mauvaises rencontres, sans parler des arnaques auprès des jeunes. Par exemple, on leur propose de recevoir gratuitement un smartphone de luxe en échange de données personnelles… Il y a la perte de contrôle des images qui peuvent être diffusées à travers les réseaux sociaux. Enfin, il ne faut pas oublier le risque de cyber-harcèlement. Un enfant sur dix en est victime durant sa scolarité. »

– Lors de vos conférences, vous rencontrez beaucoup de parents. Quelles sont leurs inquiétudes les plus récurrentes ?
E.A. : « Ce qui les inquiète beaucoup, c’est la question du temps passé sur les écrans. Ils ont du mal à cadrer et cela réduit le temps de sommeil, ce qui joue sur la santé des jeunes. Ils ont aussi peur que leurs enfants fassent une mauvaise rencontre et posent régulièrement la question de l’âge où ils peuvent s’inscrire sur les réseaux sociaux. »

– Quels conseils donneriez-vous aux parents pour une bonne utilisation d’Internet ?
E.A. : « Ce qui est le plus important, c’est de garder le dialogue sur l’utilisation. On se rend compte que les enfants qui rencontrent une difficulté (injures, arnaque…) ne vont pas forcément oser en parler de peur que les parents coupent tout. L’enjeu est de garder un regard sur ce qu’ils font, en essayant de mettre à l’aise l’enfant et ainsi garder un dialogue. Il faut aussi connaître les sites, les réseaux sociaux, les jeux, etc, pour pouvoir dire s’ils sont adaptés ou non. Il est évident aussi de poser des limites sur le temps passé sur l’écran. C’est la responsabilité des parents. Il y a des contrôles parentaux qui permettent de limiter le temps d’accès. Enfin, chose importante, il faut respecter l’âge minimum pour l’inscription aux réseaux sociaux, qui est de 13 ans. »