Pouvoir d’achat : la Région mobilisée

A l’heure où la majorité des Français ne croient plus aux promesses des politiques, les actes valent mieux qu’un long discours. C’est ce qu’a décidé Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France. « Nous devons entendre la colère des gens qui travaillent et n’arrivent plus à boucler les fins de mois. Nous avons décidé, comme nous le faisons depuis deux ans et demi, de protéger le pouvoir d’achat des gens le plus concrètement possible. » Et pour joindre les actes à la parole, tout en participant à la transition écologique, la Région a mis en place différents dispositifs d’aides, directement versées sur le compte des citoyens. La dernière en date, celle pour permettre à un véhicule essence de s’équiper pour rouler au bioéathanol, un carburant nettement moins cher. Depuis le 1er janvier, la Région finance un tiers du prix de la transformation nécessaire. « Nous sommes la Région qui aide le plus pour l’installation du boîtier. » Après la reprise par Emmanuel Macron de l’idée de Xavier Bertrand, permettre aux chefs d’entreprise de verser une prime jusque 1 000 € sans charge sociale, un dispositif conjugué aux mesures d’aides décidées en Région, l’ancien ministre a été classé en tête de la cote d’influence des personnalités politiques françaises. Il précède Nicolas Hulot, Alain Juppé, Jean-Yves Le Drian et Jean-Michel Banquer. « Que mon idée de prime ait été reprise, tant mieux pour ceux qui vont en bénéficier. Mais ce n’est pas cette prime qui réglera tout, j’en ai bien conscience. Tout ce qui peut permettre d’aider les gens qui travaillent, qui recherchent un emploi, il faut le faire ! Quant aux sondages, ils ne me feront pas perdre la tête ni détourner le regard des problèmes des gens de notre région. » Bref, objectif Hauts-de-France. « Je n’ai pas le droit de jeter l’argent par les fenêtres. Nous réussissons à mettre en place ces mesures sans augmentation d’impôt, parce que la Région se serre la ceinture. Mais beaucoup de nos aides ne sont pas assez connues par ceux qui y ont droit », conclut Xavier Bertrand. A noter que la carte grise en Hauts-de-France est en passe de devenir la moins chère de France avec celle de la Corse. Le Gaullisme social n’est pas mort.
Demandes d’aides dans les antennes de la Région, sur www.hautsdefrance.fr ou téléphone au 0 800 026 080.

Gros plan sur les aides régionales

– Aides au transport : 20 € par mois pour ceux qui gagnent jusque 2 fois le Smic et effectuent 20 km par jour pour se rendre au travail. Une aide étendue au covoiturage dès 10 km, et aux étudiants ne disposant pas de transports collectifs et devant parcourir en voiture plus de 100 km chaque semaine. Depuis sa création, plus de 45 000 aides ont été versées.
– L’aide à la garde d’enfant : pour favoriser et améliorer l’employabilité des parents en emploi ou en formation. 20 € par mois et par enfant pour une famille de 2 actifs, 30 € pour une famille monoparentale.
– L’aide au permis de conduire : un prêt jusqu’à 1 000 € pour aider les 18-30 ans à passer leur permis de conduire. Un prêt à taux zéro que les jeunes remboursent lorsqu’ils décrochent un travail.
– Les aides au transport ferroviaire : le gel des tarifs des trajets TER a été décidé pour la 3e année consécutive. Création également d’une carte loisirs TER à – 50 % pour tous : 30 € pour tous, actifs, retraités, 15 € pour les moins de 26 ans, elle offre une réduction de 50 % la semaine et le week-end. Enfin, un tarif à 1 € pour les 4-12 ans afin de faciliter les déplacements en famille. Gratuité pour les moins de 4 ans. Pas de changement de prix sur la ligne Paris-Saint-Quentin-Maubeuge reprise par la Région.
– Aide à la mobilité : prêt d’une voiture à 2 € par jour pour les personnes en CDD de plus de 3 mois, CDI, contrat d’intérim, d’alternance, d’apprentissage, d’insertion, stage de fin d’études ayant besoin d’un véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail.
– Proch’ Emploi : plus de 11 000 personnes ont retrouvé un travail ou une formation grâce à ce dispositif régional.