Police municipale : quel pouvoir, quelles missions ?

Installés au 43, de la rue d’Isle et complémentaires à la police nationale, les agents de la police municipale s’inscrivent dans la proximité avec la population. L’an passé, quelque 1 600 interventions ont été effectuées par les vingt-trois policiers municipaux, qu’ils soient motards, membres de la brigade de proximité, îlotiers au quartier de l’Europe, agents chargés de la prévention (écoles, béguinages, etc) ou encore agents de surveillance de la voie publique.
Le tout sous l’autorité de Michel Bion, directeur de la sécurité et de la tranquillité publique à Saint-Quentin. Utilisée depuis 2010, la vidéosurveillance, constituée d’une centaine de caméras, est devenue incontournable. En 2012, elle a permis de constater pas moins de 210 flagrants délits : vols, incendies volontaires, ports d’arme, agressions, ivresse…
Dans le cadre de ses enquêtes, la police nationale peut avoir recours à ces images. Des demandes en progression de 88 % sur un an. La vidéosurveillance est également un outil de dissuasion très efficace puisqu’entre 2010 et 2012, une baisse de 14,8 % des faits constatés a été enregistrée.

VRAI OU FAUX ?

Un policier municipal peut contrôler vos papiers d’identité : VRAI
Il peut le faire en cas d’infraction routière depuis 1999, comme la police nationale et la gendarmerie. Mais il n’a pas le droit d’exiger vos papiers sans raison dans la rue. Dans le cas d’une infraction à un arrêté du maire, le contrevenant est obligé de fournir ses papiers. En cas de refus, il sera conduit à l’hôtel de police.

Il a le droit de fouiller une personne ou un véhicule : FAUX
Ou alors, sous certaines conditions : dans le cadre d’opérations de voie publique, en présence d’un officier de police judiciaire, et sur réquisition du procureur, valable pour une durée limitée et un lieu précis. Un policier municipal peut, en revanche, fouiller des sacs à l’entrée de certains établissements dans le cadre de Vigipirate.

Il peut enquêter : FAUX
Recueillir des renseignements, oui, ainsi que des déclarations. Mais il ne peut officiellement auditionner des suspects ou des témoins.

Il est autorisé à interpeller : VRAI
Comme tout citoyen qui constate une infraction. Dans son cas, il le fait dans un cadre précis. Il avise l’officier de police judiciaire, rédige un rapport de mise à disposition dans lequel il décrit la situation (si l’intéressé s’est débattu, est blessé, etc). Lors de l’interpellation, il doit se limiter à employer la force « stricte et nécessaire ».

LES CHIFFRES CLÉS

Bientôt 40 bougies
La police municipale a été créée à Saint-Quentin en 1975. Elle a été successivement installée dans l’hôtel de ville, rue de Plates-Pierres, aux Oriels, place de l’Hôtel-de-Ville. Depuis mai dernier, c’est au 43 de la rue d’Isle qu’elle a élu domicile.

Quelles attributions ?
Elle a pour mission de faire respecter l’ensemble des arrêtés municipaux : sécurité routière, stationnement, salubrité publique… Mais aussi d’assurer la sécurité et la tranquillité de la population.

Chiffres clés
L’an passé, 980 infractions ont été constatées par la police municipale, dont 443 pour consommation d’alcool. Elle a reçu 784 appels. Le CSU (centre de supervision urbain) compte 95 caméras, dont 2 nomades. Ces caméras ont permis 37 interpellations, la constatation de 607 faits et ont entraîné 52 réquisitions judiciaires

Interventions
La police municipale a procédé l’an passé à 1 588 interventions : vols, bagarres, problèmes de voisinage, ivresse publique, véhicules gênants… Une quarantaine d’interpellations effectuées après des délits ont été présentées à un officier de police judiciaire. 696 missions ont été effectuées dans le cadre de l’opération Sécurité Vacances. Elle a également assurée la sécurité de 33 manifestations et cérémonies.

Stop aux chauffards
Lors des contrôles de vitesse en 2012, dont 5 effectués en collaboration avec la police nationale, 790 infractions ont été constatées. Si la vitesse la plus élevée était de 132 km/h, pour 429 de ces infractions, la vitesse excessive était inférieure à 20 km/h.

Et les objets trouvés ?
La police municipale gère également le département des objets trouvés ; c’est aussi auprès d’elle que doivent être effectuées les déclarations de chiens dangereux.

Laisser une réponse