Place de la basilique : l’Histoire se révèle

parvis basilique 1

Travaux1

En juin dernier, Frédérique Macarez annonçait la rénovation de la place de la basilique, centre historique de la ville. « Cet aménagement est indispensable pour la pérennité des commerces et du centre-ville », estime le maire. à terme, ce sera donc la fin de la friche Lepilliez-Dubois, du sol endommagé, de l’absence de parvis devant l’entrée principale de la collégiale, du jardin public détérioré… Avant de définir un projet, les archéologues ont cet été effectué des premières fouilles à moins d’un mètre de profondeur. Et là surprise, un véritable trésor a été mis à jour. « A moins de 10 cm, on a découvert des vestiges historiques du début de la constitution de la ville, du Moyen âge, du XVIIIe, du XIXe et d’autres plus récents. Une mine d’informations sur l’histoire de notre cité », détaille le maire.
Parmi ces trouvailles : des vestiges de l’église et du puits Saint-André datant du XIIe siècle, du cloître adossé à la basilique, des moules qui ont servi en 1676 et 1677 à couler des cloches, un four à chaux, des sépultures, les soubassements d’une statue à l’effigie de Quentin de La Tour, de l’ancienne Banque de France… Des fouilles approfondies seront effectuées l’an prochain. En attendant, les abords de la collégiale et son square seront  de nouveau engazonnés et une exposition retraçant l’histoire  sera réalisée cet automne sur le square des Enfants de Chœur. Quant à la friche Lepilliez-Dubois, elle sera démolie courant septembre. Un immeuble de standing incluant le petit square de la rue Adrien-Nordet, avec du commerce en rez-de-chaussée, pourrait voir le jour en fonction des études de sous-sol. « Ces travaux vont prendre plusieurs années. Le projet sera bien sûr discuté avec la population, les commerçants… Les Saint-Quentinois seront au cœur de la consultation », a promis Frédérique Macarez.

Pont de la gare : des travaux plus importants

– Construit de 1919 à 1929, artère essentielle pour la circulation avec le passage de 8 500 véhicules par jour, le pont de la gare n’avait jamais subi de rénovation importante. En juin dernier, des travaux d’étanchéité, d’assainissement, de mise en sécurité, de réfection des trottoirs et des chaussées, et de remise en état des candélabres ont débuté. « Ces travaux de 3,8 M€ ont fait apparaître un état plus dégradé que ce que l’on avait imaginé. Nous avons aussitôt décidé un renforcement plus important, nécessitant plus de temps. Ces travaux supplémentaires étaient nécessaires pour la sécurité », insiste Frédérique Macarez.
– Conséquence, le changement de côté des deux voies ouvertes à la circulation devrait s’effectuer mi-septembre pour prendre fin probablement en novembre. En fonction de leur destination, Frédérique Macarez invite les automobilistes dont le passage par ce pont n’est pas indispensable à emprunter la ZI de Rouvroy-Morcourt ou le viaduc de Picardie. Le maire a par ailleurs annoncé dès la fin des travaux le passage en zone bleue du stationnement sur la partie située entre la place du Huit-Octobre et le pont du canal pour faciliter l’accès aux commerces. La foire de la Saint-Denis se déroulera comme prévu.