Permis de louer Les proprios vont devoir montrer patte blanche !

Halte aux marchands de sommeil ! Tel est le mot d’ordre de l’Agglo du Saint-Quentinois qui, d’ici six mois, entend instaurer un « permis de louer ». En clair, plus question de laisser les propriétaires bailleurs faire tout et n’importe quoi ! Il faut dire que dans la jungle des logements indignes, l’Agglo n’en finit plus de mordre la poussière. « Sur notre territoire, 5,68 % des logements sont classés en catégorie 7 ou 8, c’est-à-dire considérés comme médiocres, voire très médiocres. On est bien au-dessus de la moyenne nationale qui se situe à 4,28 % », souligne Freddy Grzeziczak, vice-président de l’Agglo en charge de l’Habitat et premier adjoint à la mairie de Saint-Quentin. Au total, pas moins de 2 976 logements relevant du parc privé sont potentiellement indignes, soit 7 % de la totalité du parc privé de l’Agglo. « Le logement touche à la vie de tous les jours et fait partie des premières préoccupations de nos concitoyens. C’est dire qu’il faut avoir le courage politique de s’attaquer à ces marchands de sommeil sans foi ni loi qui profitent des plus faibles », insiste Freddy Grzeziczak. Du reste, depuis un décret 2016 de la loi Alur, les collectivités ont la possibilité de se doter d’un dispositif de type « permis de louer ». Pour pouvoir mettre un logement en location, les propriétaires devront à l’avenir adresser une demande d’autorisation à l’Agglo, qui enverra alors un agent sur place pour une visite de contrôle (installations électriques, gaz, ventilation, traces d’humidité, isolation, etc). A l’issue de cette visite, les bailleurs auront alors le feu vert (ou non) de l’Agglo pour louer leur logement. « Il ne s’agit pas de mettre en place une usine à gaz qui va nuire au marché locatif. L’Agglo prendra naturellement l’engagement de respecter des délais très courts afin d’aller le plus vite possible », note Freddy Grzeziczak. C’est en mai 2021 que sera mis en place ce « permis de louer », auquel les 39 communes de l’Agglo, à commencer par Saint-Quentin, pourront avoir recours. Dès lors, nul doute que les marchands de sommeil ne dormiront plus sur leurs deux oreilles…