Père Noël : même pas peur

0b2a3276

Dans une récente chronique, notre ami Emmanuel Mousset évoquait non sans malice une scène proprement saisissante : un père Noël effrayant un enfant. Une vision face à laquelle le sang de Jean-Paul Gervoise n’a fait qu’un tour. Disons même que l’intéressé a vu rouge ! Et pour cause, cela fait plus de quinze ans qu’il enfile chaque année le costume du père Noël. Un rôle de composition qui relève du sacré. Et le sacré, on n’y touche pas ! « Non, Monsieur Mousset, contrairement à ce que vous affirmez, le père Noël n’est pas une ordure, insiste Jean-Paul Gervoise. Non, Monsieur Mousset, le père Noël n’a rien d’effrayant et plaît toujours autant aux enfants. D’ailleurs, au nom de tous les pères Noël, je tiens à rappeler que la magie opère toujours, pour les enfants comme pour les parents. »
Du reste, il suffisait d’aller faire un tour au chalet du père Noël, sur la place de l’Hôtel-de-Ville, pour s’apercevoir que l’homme en rouge est toujours aussi populaire. « Dimanche dernier, en une après-midi, on a fait plus de 2 000 passages », confirme Jean-Paul Lesot, l’incontournable M. Micro qui, chaque jour sur le Village de Noël, multiplie les animations. Au total, pas moins d’une vingtaine de bénévoles se sont relayés au quotidien pour faire vivre le chalet du père Noël. D’un côté, les lutins (en vert), de l’autre, les pères Noël (ben oui, en rouge), dont Jean-Paul Gervoise : « Pour moi, c’est un plaisir qui se renouvelle chaque année. C’est vrai que les enfants sont parfois intimidés mais il suffit d’un sourire, d’une parole encourageante pour qu’ils viennent faire la traditionnelle photo. » Et en cadeau, l’indispensable mandarine !
Mais dis-nous, père Noël, vers quel âge commence-t-on à avoir des doutes sur ton existence ? « Vers 8 ans, c’est mort. Les enfants n’y croient plus », avance Jean-Paul Gervoise avec une note de regret dans la voix. Le 24 décembre, l’homme en rouge a naturellement à l’honneur avec une animation spéciale : le père Noël en traîneau, accompagné du plus fidèle de ses rennes. Mais au fait, il vient d’où ce renne ? « De Laponie, pardi ! », sourit Jean-Paul. Magie, quand tu nous tiens…