Pénurie de médecins / Frédérique Macarez tape du poing sur la table

Courant décembre, Frédérique Macarez a provoqué une réunion avec les responsables du centre hospitalier, de l’hôpital privé Saint-Claude, de la médecine de ville et de SOS Médecins. Pour tous, un seul et même constat : la pénurie de médecins devient alarmante. « Notre territoire est confronté à une situation de plus en plus difficile sur le plan médical, observe le maire de Saint-Quentin. Les médecins généralistes travaillent à flux tendu, d’autant qu’on récupère à Saint-Quentin des usagers venus de l’extérieur, notamment de Laon. C’est évidemment inadmissible pour les usagers qui ont de plus en plus de mal à trouver un médecin mais aussi pour les praticiens qui travaillent aujourd’hui sous pression. »
L’installation en 2013 de SOS Médecins à Saint-Quentin a certes permis d’absorber une partie des patients. Mais la fréquentation de cette structure, installée rue d’Epargnemailles, est exponentielle : en 2022, SOS Médecins a enregistré en moyenne 600 à 700 passages par jour. Pour éviter que la situation ne continue à se dégrader, Frédérique Macarez a sollicité un rendez-vous avec l’Agence régionale de santé (ARS). « C’est à l’ARS de mettre en place des solutions pour accompagner les professionnels de santé et favoriser leur installation. Je pense notamment aux internes du CHU d’Amiens qu’on doit pouvoir attirer à Saint-Quentin. » Quoi qu’il en soit, les consultations de toutes les parties doivent s’ouvrir au plus vite.
Pour le maire, il y a désormais urgence : « Nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à ne plus avoir de médecin traitant et certains vont même jusqu’à renoncer aux soins. Cette situation n’est pas acceptable. » Reste donc à espérer que de nouvelles mesures pourront être mises en place avec la collaboration de l’ARS.