Parvis de la basilique un chemin de croix sans fin !

Dans le cadre du projet de rénovation et d’aménagement du parvis de la basilique, Frédérique Macarez a fait part de son mécontentement. La Ville a cédé à un promoteur l’ancienne friche autrefois occupée par les établissements Top Van Dooren et Lépilliez-Dubois, près de 1 400 m2 de surface. Un projet de construction de 45 logements modulables, du T2 au T5, avec places de stationnement et cellules commerciales devrait voir le jour. à deux pas de la basilique, premier site de la ville visité par les touristes, ces locaux pourraient également accueillir l’office de tourisme. Des terrains cédés à l’estimation des Domaines (495 000 € hors frais et taxes) au groupe Duval Développement des Hauts-de-France. Un projet hélas entravé par les coûts et délais des fouilles archéologiques et des autorisations administratives. « Nous avons réalisé le diagnostic archéologique en 2017 et il nous a fallu plus d’un an pour obtenir l’arrêté de prescription de la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) que nous n’avons reçu que le 31 octobre dernier. Arrêté qui nous indique où nous devons fouiller sur le site. Que de temps perdu ! Comment voulez-vous dans ces conditions que nous portions rapidement des projets. Je dis attention ! A force d’ajouter des contraintes aux contraintes, des projets rencontrent de graves difficultés. J’aimerais davantage de réactivité, l’Etat central doit être à nos côtés », a martelé le maire. Le concours d’architecture devrait être lancé cette année et les fouilles débuter. Les Saint-Quentinois seront concertés sur le sujet.