Opération « roseaux »

Cure de jouvence aux marais d’Isle 

Sur les 90 hectares des marais d’Isle, 47 constituent depuis 1981 une réserve naturelle nationale. Une fierté pour la ville, qui nécessite toutefois d’importants efforts humains et financiers.

« Traversés par la Somme, les marais sont avant tout des terrains gorgés d’eau, donc très instables et en évolution permanente. C’est un affrontement perpétuel entre la vie terrestre et aquatique », résume Christophe Villain, responsable de l’entretien de la réserve. D’où la nécessité, chaque année, de lancer de nouveaux travaux. C’est ainsi que son équipe est actuellement à pied d’œuvre pour remettre à jour des ambiances de roselière. « On avait la forêt qui commençait à grignoter du terrain. Il était devenu impératif d’aménager certaines zones de la réserve pour favoriser la pousse des roseaux, qui font partie intégrante du fonctionnement des marais. »

Moyennant un gros budget de 135 000 €, une opération de déboisement (sur 6 400 m2) et de désenvasement a donc été lancée. Laquelle devrait au passage permettre une meilleure maîtrise des niveaux d’eau saisonniers. « L’avantage dans une réserve, c’est que l’efficacité des travaux peut se mesurer grâce à la faune et la flore, précise Christophe Villain. Le suivi d’espèces phares, comme la grèbe ou la rousserolle, deux oiseaux d’eau très présents dans les roselières, est un bon indicateur sur l’état de santé d’un marais. Même chose avec certaines espèces végétales, comme la grande douve ou la ciguë vireuse, dont le développement témoigne de la justesse des travaux entrepris. » C’est donc sous l’œil attentif de dame Nature que Christophe et ses hommes s’activent à toiletter les marais. Une cure de jouvence sans cesse renouvelée…