Nouvelle loco au CFTV

C’est un monstre d’acier d’une cinquantaine de tonnes qui, le 8 avril dernier, a traversé une partie de la France en convoi exceptionnel pour être réceptionné à Saint-Quentin par une poignée de passionnés du CFTV (Chemin de fer touristique du Vermandois). Un monstre ? Disons plutôt une bonne vieille locomotive à vapeur dont l’acte de naissance remonte à 1953. Sourire aux lèvres, Philippe Dupont, président du CFTV, ne cache pas sa satisfaction :
« Avec l’arrivée de cette 030-T, notre collection s’enrichit d’une 5e locomotive à vapeur. Cette machine appartient à la Fédération des Amis des Chemins de fer secondaires (FACS), qui a décidé de nous la prêter pour une durée de 30 ans. Charge à nous de l’entretenir et de mener à bien les travaux nécessaires. Notre objectif est clairement de la faire rouler dès que possible sur notre ligne habituelle, entre Saint-Quentin et Origny-Sainte-Benoîte. »
à la fois compacte et trapue, la loco 030-T a derrière elle une sacrée vie de besogneuse ! Fabriquée en 1953 par la SACM (Société alsacienne de construction mécanique), elle a été livrée la même année aux Houillères du Bassin des Cévennes (HBC) où elle a assuré, jusqu’à la fin des années 70, un service dur et ininterrompu consistant à transporter jusqu’à la gare SNCF de La Grand-Combe (Gard) la production du bassin minier. Des millions de tonnes de charbon extraites essentiellement des puits Ricard et des Oules. Une vie de labeur qui prendra fin en 1979… L’année suivante, notre bonne vieille 030-T est rachetée par un mordu des chemins de fer du nom de Jean-Philippe Isnard. Dans le milieu des passionnés du rail, l’homme est loin d’être un inconnu : collectionneur acharné, c’est aussi lui qui a créé en 2004 l’Association des Trains du Sud de la France (ATSF).
Durant une quinzaine d’années, Jean-Philippe Isnard va faire jouer les vedettes à la loco 030-T en l’exhibant notamment dans des manifestations prestigieuses (Exporail à Nice, centenaire des frères Lumière, centenaire du dépôt SNCF de Miramas…). Au passage, la locomotive va hériter d’un petit nom : Ilene, prénom de l’Américaine Ilene Joy Graham, l’une des épouses du sulfureux Jacques Médecin, alors maire de Nice et ami proche de Jean-Philippe Isnard.
Dès 1995, Ilene va reprendre du service sur le « Train des Alpilles » qui évolue entre Arles et Fontvieille. Les années passent et notre vaillante loco va finalement être confiée aux bons soins de la FACS en 2018. Après avoir stationné trois longues années dans le Puy-de-Dôme, c’est finalement à Saint-Quentin qu’Ilene va, sans nul doute, retrouver une nouvelle jeunesse. Nul doute qu’elle saura s’habituer au climat picard…