Nos lecteurs face à XAVIER BERTRAND

0b2a3689

 

Un an après avoir été élu le 4 janvier 2016 à la présidence des Hauts-de-France, fruit de la fusion de la Picardie avec le Nord-Pas-de-Calais, 3e plus importante région de métropole avec 6 millions d’habitants, Xavier Bertrand a répondu à notre invitation. Une douzaine de lecteurs de St-Quentin Mag et du Petit Mag 02 ont rencontré mardi 3 janvier l’ancien ministre, président de la Région et de la nouvelle Communauté d’Agglomération du Saint-Quentinois. Sans langue de bois, celui-ci a répondu à leurs questions.
Economie, emploi, environnement, aménagement du territoire, sport, formation, culture… Autant de thèmes qui ont été abordés.

 

Patrick Maury (Saint-Quentin) : quelle est la politique régionale en matière d’emploi pour les handicapés ?
Xavier Bertrand : « Le handicap n’est pas une compétence de la Région mais de l’Etat ou du Département. En revanche, j’ai la compétence de l’emploi. Les entreprises se font une montagne de recruter une personne handicapée alors que ce n’est pas le cas. Il faut casser cette image, faire du sur-mesure, financer la formation ou l’adaptation du poste de travail s’il y a une réelle perspective d’emploi derrière. Nous préparons avec Cap Emploi une action pour le premier trimestre en direction des entreprises réticentes. Le rôle d’une société est de s’intéresser à tout le monde. »

Virginie Guérin (St-Quentin) : comment comptez-vous combattre le chômage de longue durée et favoriser les besoins de formation ?
Xavier Bertrand : « J’ai mis en place le dispositif Proch’ Emploi pour rapprocher les gens qui recherchent du travail avec les entreprises qui recrutent. Nous intervenons lorsqu’il y a un besoin de formation en la déclenchant très rapidement : une semaine. Un tiers des personnes qui nous ont contactés ont retrouvé un emploi, soit plus de 3 000 personnes. Nous avons aussi déjà formé 35 000 personnes de plus que l’an dernier dans la Région avec le plan « 500 000 formations » du gouvernement. La formation est la meilleure façon de remettre le pied à l’étrier. Nous allons mettre en place une nouvelle action spécifique aux chômeurs de longue durée. »

Sami Thellier (Brissy-Hamégicourt) : la région peut-elle intervenir lorsque des parents dépassent de peu le plafond de revenus autorisés pour l’obtention d’une bourse ?
Xavier Bertrand : « Tout d’abord, si nous mettons des aides en place, c’est pour permettre d’étudier dans la région. J’essaie de faire en sorte que l’on puisse y grandir, étudier et s’installer. Pour cela, nous allons notamment relancer les prêts étudiants. Lorsque les parents ont peu de moyens, nous réfléchissons à la possibilité de nous porter caution pour l’obtention de prêts. Le barème des bourses est un problème qui relève de l’Etat. L’ennui, c’est qu’il suffit d’un euro de trop et vous n’avez droit à rien. Je suis pour un système proportionnel qui donnerait droit à une partie du montant des bourses. »

Emmanuel Ntossui (Gauchy) : existe-t-il des aides régionales à la création et au développement des nouvelles entreprises ?
Xavier Bertrand : « Oui, il existe des structures et des financements capables de prendre en compte tous les projets sans exclusion. L’économie et l’emploi font partie des compétences de la région. Nous allons présenter notre nouvelle stratégie économique au cours du premier trimestre, pour aider les créations, les reprises et les développements… Pour palier aux  difficultés avec les établissements bancaires, nous essayons de trouver une solution avec une banque régionale d’investissement. »

Christian Dubois (Ugny-le-Gay) : que pouvez-vous faire pour améliorer les problèmes de téléphonie mobile en zones rurales ?
Xavier Bertrand : « Mettre de l’argent, c’est ce que nous faisons avec les départements notamment, pour aller plus vite et équiper. Nous avons aussi mis en place un syndicat de la fibre numérique. Mais les grands opérateurs devraient faire beaucoup plus d’efforts. Nous avons voulu en France des systèmes plus aboutis qu’en Belgique, ce qui coûte plus cher. Comme souvent, le mieux est l’ennemi du bien. Je ne veux pas voir de déserts autour des villes, c’est un bras de fer constant avec les opérateurs. »

Antoine Lamotte (Mennesis) : quid de l’avenir des transports ferroviaires et de l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite ?
Xavier Bertrand : « L’Etat nous a demandé de reprendre des lignes qui perdaient de l’argent comme Paris-Amiens-Boulogne ou Paris-Saint-Quentin-Cambrai. Faute de quoi, il les réduisait de moitié. Nous avons accepté à condition qu’il paie avec la SNCF 50 % du déficit et nous accorde 400 M€ pour des trains neufs. Pour l’accessibilité, l’Etat et la SNCF n’ont pas d’argent pour les travaux. A Saint-Quentin, par exemple, les travaux sont prévus pour 2021, mais je suis prêt à mettre cet argent dès 2018, il faut que la SNCF fasse de même. Pour les transports scolaires dans l’Aisne, la desserte ne changera pas et la gratuité sera maintenue. »

Yves Gérin (La Fère) : avez-vous des projets d’installation d’antennes décentralisées du conseil régional dans l’Aisne ?
Xavier Bertrand : « Oui, j’en ai déjà ouvert à Fourmies et Soissons, la 3e à Clermont ouvrira avant la fin du mois. Nous allons voir si cela fonctionne correctement. Si c’est le cas, j’ouvrirai ensuite des antennes pour renseigner, aider à remplir des dossiers dans chaque arrondissement : Saint-Quentin, Laon… Je ne vais pas recruter mais prendre des agents volontaires déjà en place à Lille ou Amiens. »

Jean-Louis Polard (Saint-Quentin) : quelle sera la politique sportive de la Région en terme de subventions, équipements et investissements ?
Xavier Bertrand : « Je crois au sport ! La Région va continuer à le financer et dans la région où l’on vit le moins longtemps, je vais mettre davantage l’accent sur le sport et la santé. Je n’enlèverai rien à personne. Pour les clubs, l’harmonisation se fera à la hausse sur la durée du mandat, car je n’augmenterai pas les impôts. Par ailleurs, si la mairie de Saint-Quentin a un projet de salle de type Arena, la Région financera à 75 %. C’est de l’investissement et cela donne du travail. »

Jean-Pierre Dujardin (Saint-Quentin) : quels sont vos projets en terme de formation pour les métiers de demain ?
Xavier Bertrand : « A Saint-Quentin, avec le regroupement de l’IUT et de l’Insset, l’école d’aéronautique Elisa, nous avons un gros potentiel. Nous regardons les besoins pour les années à venir. Je dois financer des formations pour les métiers existants s’il y a du travail derrière, mais aussi pour les métiers de demain comme pilote de drone, le codage informatique… Mais je continue à croire en l’industrie. Le tourisme est également une économie à exploiter à l’échelle régionale. Enfin, il faudrait aussi implanter une école des langues et une école de la 3e révolution industrielle sur le Saint-Quentinois. »
Nicole Dutfoy (Neuville-Saint-Amand) : vous annoncez une augmentation de 25 % du budget de la culture sur le mandat. Que peuvent espérer les associations ?
Xavier Bertrand : « Notre nouvelle stratégie sera présentée fin janvier. J’ai choisi une politique culturelle offensive en passant de 70 à 110 M€ le budget annuel de fonctionnement-investissement d’ici la fin du mandat. Mais je ne donnerai pas plus pour faire la même chose, je n’ai pas de baguette magique. Il faut des nouveaux projets, comme du matériel mobile dans les zones rurales par exemple. »

Daniel Pantel (Coucy-le-Château) : la fusion de communautés de communes et la disparition d’offices locaux ont bloqué des projets touristiques, comment faire ?
Xavier Bertrand : « J’ai décidé de mettre en place des financements pour les territoires, plus de 300 M€. Mais je ne peux pas faire à la place des autres, il faut que les projets soient aidés par les mairies, les intercommunalités. Je crois au tourisme pour des emplois qui sont ne sont pas délocalisables. Il faut savoir vendre aux touristes des circuits complets de qualité. »

Marius Dering (St-Gobain) : la fermeture d’une déchetterie a entraîné d’importants dépôts sauvages en forêt de Saint-Gobain : que faire ? Et qu’en est-il du projet de canal Seine-Nord ?
Xavier Bertrand : « Je découvre ce problème de déchets, la Région n’est pas compétente dans ce domaine, mais si vous souhaitez que j’intervienne auprès des responsables pour faire pression, je peux le faire. Le canal Seine-Nord Europe, un chantier de plus de 4 milliards €, va enfin démarrer, je viens de signer un chèque supplémentaire de 50 M€. Il y a des débouchés énormes en terme d’emplois avec les plates-formes de Longueil-Sainte-Marie, Nesle, Péronne et Marquion, c’est le chantier du siècle pour la région ! »

 

Le président des Hauts- de-France rappelle qu’il peut être contacté au 0800 02 60 80
ou par mail : xavier.bertrand@hautsdefrance.fr