Nicolas Fricoteaux « Retrouvez-vous dans l’Aisne ! »

Président du conseil départemental de l’Aisne depuis 2015, Nicolas Fricoteaux n’hésite jamais à monter au créneau pour défendre les intérêts d’un territoire aux richesses comme aux potentiels souvent sous-estimés. Après avoir géré au mieux la crise sanitaire, il s’applique aujourd’hui à relancer l’activité locale à travers une vaste campagne de promotion : « Retrouvez-vous dans l’Aisne ». Rencontre…
En tant que collectivité de proximité, le Département s’est retrouvé en première ligne face à la crise sanitaire. Quelles ont été vos priorités ?
– Nicolas Fricoteaux : « La toute première a été d’organiser le fonctionnement de nos services pour pouvoir répondre aux besoins de la population, en particulier les publics les plus vulnérables. Cela concerne tous les services du Département qui relèvent de l’action sociale vers l’enfance, les personnes âgées ou encore les personnes handicapées. Et puis, dans nos collèges, il a fallu aussi répondre aux besoins d’accueil des enfants des personnels soignants. La première priorité a donc été d’assurer la continuité de l’action publique du Département. Pour cela, je dis « chapeau » aux directions qui se sont montrées très réactives mais aussi aux agents qui ont su adapter leur fonctionnement, aussi bien sur le terrain qu’en mode télétravail. »
à plusieurs reprises, vous avez affirmé que cette crise inédite, d’abord sanitaire puis économique, allait ouvrir un nouveau chapitre de la vie départementale… Quels en sont les contours ?
– Nicolas Fricoteaux : « Il y a d’abord une notion de cohésion et de recentrage. La cohésion, cela veut dire que pendant toute la période Covid, l’ensemble des conseillers départementaux ont été unanimes pour nous suivre sur les opérations qui ont pu être menées. En période difficile, on a besoin de l’union sacrée et les élus du Département, quelle que soit leur sensibilité politique, l’ont très bien compris. Il faut poursuivre dans ce sens. Quand ça va mal, il faut se recentrer sur l’essentiel, avoir une cohésion pour être plus fort et éviter de se disperser dans des combats qui concerne davantage la forme que le fond. De manière plus générale, cette crise sanitaire nous invite à nous interroger sur cette inéquité de ressources et de traitement qui perdure entre les départements. Plus que jamais, on ressent le besoin de péréquation et de ressources mieux partagées. »
Ce que vous souhaitez, c’est que les départements les plus riches soutiennent les plus modestes ?
– Nicolas Fricoteaux : « C’est ce qu’on a déjà fait avancer avec la mise en place d’une solidarité financière de 1,5 milliard d’euros entre les conseils départementaux dits « riches » et ceux qui le sont nettement moins. Mais c’est encore insuffisant. On le voit avec les revendications de certains départements qui, parce qu’ils en ont les moyens, veulent aller au-delà de leurs compétences, quand d’autres peinent déjà à faire face à leurs obligations. Cela apporte une fois plus de l’eau au moulin de la péréquation, c’est-à-dire la nécessité d’assumer les dépenses de manière plus solidaire. »
Avec l’arrivée de l’été, le conseil départemental a lancé une vaste campagne de communication destinée à promouvoir le potentiel touristique de l’Aisne. Une campagne qui vise avant tout les Axonais eux-mêmes…
– Nicolas Fricoteaux : « Ils représentent effectivement le cœur de cible de cette campagne, même si l’on s’adresse aussi aux départements limitrophes. J’ai aujourd’hui le sentiment que les Axonais ont besoin de se réapproprier leur territoire en portant un regard nouveau sur leur environnement. C’est ce qu’on a envie de déclencher à travers cette campagne de promotion des atouts touristiques locaux avec un slogan qui se veut incitatif : « Retrouvez-vous dans l’Aisne ». Et puis, c’est aussi un acte de solidarité envers toutes les professions qui, de près ou de loin, vivent du tourisme. L’objectif est de créer de l’activité en faveur de l’économie locale. »
Personnellement, dans quels coins de l’Aisne aimez-vous vous promener ?
– Nicolas Fricoteaux : « J’ai la chance avec ma fonction de président de pouvoir parcourir l’Aisne, beaucoup plus que je ne le faisais précédemment. Cela me permet de mieux apprécier ses richesses. Dernièrement, à Villers-Cotterêts, j’ai pu découvrir toute l’Allée royale qui est une percée dans la forêt domaniale de Retz, un coin très beau que je connaissais pas. Quand on habite en Thiérache, région dont je suis originaire, on n’a pas nécessairement conscience que le sud de l’Aisne offre des paysages extraordinaires. Inversement, quand on est de Soissons ou Château-Thierry, on ignore tout de la beauté du patrimoine du nord de l’Aisne… D’où l’intérêt de cette campagne de promotion. »
Pour soutenir la filière du maroilles, le Département s’est engagé à acheter
4 000 fromages auprès des industriels et des petits producteurs locaux. Que vont devenir tous ces fromages ?
– Nicolas Fricoteaux : « Il nous a paru important de soutenir la filière du maroilles, d’autant qu’elle a cette année un trop-plein de production et que la foire aux fromages de La Capelle, essentielle pour les petits producteurs, a été annulée. Tous les fromages que le Département a achetés ont été distribués aux associations caritatives : Restos du cœur, Banque alimentaire, Croix-Rouge… Et puis, nous avons été agréablement surpris de constater que cette opération de soutien a eu des effets très bénéfiques pour la notoriété du maroilles. Ça a fait le buzz auprès des médias nationaux qui ont relayé l’information. Une bonne pub pour le maroilles ! » Bertrand Duchet