Micro-lycée : on y croit

 

Frédérique Macarez entourée notamment de Valérie Cabuil, rectrice, Karim Saïdi, professeur coordinateur et Jasmine Oven, proviseu

La lutte contre le décrochage scolaire est un défi de tous les jours. Le 26 septembre a été inauguré le troisième micro-lycée de l’académie de Picardie au sein de l’établissement Jean-Bouin. Un dispositif destiné à réintégrer des jeunes déscolarisés. « Réduire le décrochage scolaire est un enjeu important pour l’avenir, d’autant que 44 % des Saint-Quentinois ne sont pas diplômés. Avec ce micro-lycée, on va donner aux jeunes qui ont décroché la chance de réaliser leur rêve », lance le maire Frédérique Macarez. « C’est un projet ambitieux pour la réussite scolaire », poursuit Jasmine Oven, proviseur de Jean-Bouin.
Pour cette première année, 18 jeunes de âgés de 16 à 25 ans ont intégré la structure et seront encadrés par sept enseignants volontaires de différents établissements de la ville. Objectif, les réintégrer dans un cursus scolaire afin de décrocher le précieux sésame : le baccalauréat. « Nous accueillons des jeunes qui ont un parcours scolaire chaotique, mais il n’y a pas de profil type. Souvent, on pense que le décrochage scolaire ne touche que les milieux défavorisés mais non, pas forcément », précise Karim Saïdi, professeur coordinateur du micro-lycée. « Je suis là par défaut, ma mère ne voulait plus que je reste à la maison sans rien faire », explique Nathan Sacré, 18 ans. « Nous avons par exemple une jeune fille qui a une phobie scolaire », précise par ailleurs Karim Saïdi.
Durant cette première année, les élèves auront le droit à une remise à niveau. Ensuite, ils pourront choisir entre différents modules pour préparer le bac de leur choix.