Messmer – Il hypnotise les foules !

Plongez dans un état d’hypnose le 7 décembre prochain au Splendid avec le fascinateur Messmer. Détenteur du record mondial d’hypnose collective, il va vous triturer les sens dans son nouveau spectacle : « Hypersensoriel ». Rencontre…

Vous préférez le terme fascinateur à celui d’hypnotiseur. Pourquoi ?
– Messmer : « Je préfère effectivement le terme de fascinateur car il permet d’englober toutes mes techniques, qui vont au-delà de l’hypnose. En plus de celle-ci, je pratique également la sophrologie dynamique, le transfert d’énergie et mes propres techniques que j’ai développées avec le temps. Je trouvais donc le terme fascinateur intéressant pour bien décrire tout cela, d’autant que mon art consiste principalement à fasciner. »
Comment êtes-vous arrivé à l’hypnose ?
– Messmer : « J’ai été initié dès mon enfance, avec mon grand-père qui m’a remis un livre sur l’hypnose. Il la pratiquait avec ses chevaux, alors qu’il était jockey. Je me suis donc plongé dans les livres sur le sujet et avec le temps, j’ai commencé à mettre le tout en pratique et ça a ensuite intégré mon mode de vie. L’hypnose est une science qui s’apprend. Ce n’est pas un don à la base. J’ai par contre une affinité naturelle avec cette science, ce qui m’a notamment permis de développer mes propres techniques. Je compare un peu cela aux chanteurs. Tout le monde peut chanter, mais tout le monde n’a pas le même talent et la même capacité à se produire sur scène. »
Le timbre de voix joue-t-il un rôle important dans l’hypnose ?
– Messmer : « Le timbre de voix est propre à chaque hypnotiseur, à chaque fascinateur. Mon timbre de voix me sert dans l’ensemble de mes techniques pour créer une relation de confiance et installer le sentiment de bienveillance qui est important dans les connexions que j’établis. »
Dans vos spectacles, vous parvenez à hypnotiser une foule. Comment est-ce possible ?
– Messmer : « Avec les mêmes techniques, que je peux amplifier, je peux réussir à hypnotiser un grand nombre de personnes à la fois. Tous ces gens reçoivent mes suggestions en même temps et peuvent les capter. »
Êtes-vous capable de vous hypnotiser ?
– Messmer : « Bien sûr, je pratique l’auto-hypnose dans mon quotidien, ça fait partie intégrante de mon mode de vie ! »
Pratiquer l’hypnose, est-ce fatigant ?
– Messmer : « Ce n’est pas fatigant, au contraire, je ressors de mes spectacles rempli d’énergie. L’hypnose est réparatrice. Quinze minutes en état d’hypnose équivalent à trois heures de sommeil profond. »
Vous êtes-vous servi de l’hypnose pour améliorer votre vie ?
– Messmer : « Oui, l’hypnose fait partie intégrante de mon mode de vie, passant entre autres par mon sommeil, ma santé et mon équilibre personnel. Je peux me servir de mes techniques pour m’aider à apprendre des textes par exemple ou encore pour concentrer mon énergie pour me guérir de certains maux. »
Dans votre dernier spectacle, « Hypersensoriel », vous jouez avec les sens…
– Messmer : « Je fais appel aux sens des spectateurs à travers tous mes numéros. Je peux d’abord endormir les gens à l’aide de chacun de leur sens, comme avec l’évocation d’une odeur particulière. Puis, au fil du numéro, je joue avec les cinq sens. Je peux tromper ceux-ci en modifiant, par exemple, le goût de certains aliments ou encore en faisant vaincre sa phobie des hauteurs à une personne qui a le vertige. Je continue de proposer au public des aventures aussi fascinantes que divertissantes sur scène… » N. Laurence

Messmer au Splendid : vendredi 7 décembre à 20 h. Tarifs : 44,50 € à 64 €.
Billetterie : 03 23 62 36 77.