Match couperet

Tout lasse, tout passe, sauf le goût amer de la défaite… En recevant le club d’Antibes, le 14 mars dernier au Palais des sports, les hommes de Thomas Giorguitti savaient qu’ils s’attaquaient à un gros morceau. L’occasion de montrer les dents ? « Classés 4e de Pro B, les Antibois nous sont effectivement supérieurs. Mais ça s’est joué à rien, regrette Jean-Guy Pellis. A trois minutes de la fin, on était devant au score. Mais bon, à l’arrivée, on a manqué de sang-froid. Faut dire aussi qu’Antibes dispose de joueurs d’expérience qui ont su faire le job jusqu’au bout. » Résultat final, 80 à 87 en faveur des Azuréens pour qui le ciel reste définitivement bleu. Et pour le SQBB ? Grisaille au menu avec, pour seule lueur d’espoir, une hypothétique victoire à Nantes ce vendredi 20 mars. « C’est jouable, estime Jean-Guy. D’autant que nous devrions bénéficier du retour de Sherman Gay. En revanche, si on perd là-bas, on peut d’ores et déjà dire adieu aux play-offs. » Bref, un match couperet, comme aiment l’écrire les journalistes sportifs, qui pourrait bien sceller, neuf matchs avant la fin du championnat, le sort du SQBB.
Quoi qu’il en soit, le club se doit d’avoir déjà le regard tourné vers l’avenir. « Nous devrions connaître avant le mois de mai le nom du nouveau coach, annonce Jean-Guy. Plus vite on le recrutera, plus vite il pourra s’impliquer dans le recrutement. » En attendant, rappelons que les « Blanc et Bleu » pointent à la 14e place de Pro B.