Maëva Coucke « Oui, je suis une vraie Ch’ti ! »

De 1920 à 2014, le comité miss Nord/Pas-de-Calais n’était jamais parvenu à décrocher la couronne. Mais ces dernières années, la roue a sacrément tourné ! Depuis 2015, pas moins de trois reines de beauté originaires du Nord-Pas-de-Calais sont en effet devenues Miss France. Après Camille Cerf et Iris Mittenaere, c’est au tour de la ravissante Maëva Coucke d’avoir obtenu le titre suprême en décembre dernier. Depuis, celle qui a grandi à Boulogne-sur-Mer a un agenda de ministre ! Mais elle a tout de même trouvé le temps de répondre à Saint-Quentin Mag. Rencontre…
Quelle image gardez-vous du 16 décembre ? Et des cinq semaines qui ont suivi ?
– Maëva Coucke : « La remise de la couronne par Alicia, miss France 2017. Là, je me suis dit : « Tout est possible ! » L’autre image est antérieure au 16 décembre. Je retiens le moment de la photo de groupe avec les autres candidates, une super promo. La preuve, on a gardé des contacts. Avec ces liens entre nous et toutes mes obligations et activités, je n’ai pas vu passer les cinq semaines… »
Qu’est-ce qui a changé dans votre vie ?
– Maëva Coucke : « Comme j’ai suspendu mes études (ndlr : licence en droit), je vis à Paris mais Lille est à une heure de TGV… Ma semaine est rythmée par les interviews, les plateaux télé, les déplacements en région. C’est un vrai métier pendant un an. Et je suis surtout reconnue dans la rue. Comme dans un magasin à Euralille où 50 personnes ont bloqué la sortie. Il était difficile de faire les cadeaux normalement ! »
Vous êtes très famille ?
Maëva Coucke : « On est très proches avec mes sœurs, maman et toute la famille. Je suis revenue chez moi pendant les fêtes. C’était indispensable. Et puis, j’ai mon compagnon, étudiant en médecine à Lille. C’est un grand bouleversement pour lui, même s’il y était préparé. Depuis des mois, il était persuadé que je serai miss France. »
Rapidement, vous avez fait part d’un engagement vis-à-vis des femmes…
– Maëva Coucke : « J’ai des facultés de communication ; je peux me faire entendre sur des sujets majeurs comme la lutte contre les violences faites aux femmes ou la prévention du cancer du sein. J’ai soutenu « Octobre rose » d’autant que ma maman a souffert de ce mal. J’aurais aimé rencontrer Simone Veil, qui a tant donné pour les femmes. Ce n’est pas une parole en l’air, je vais passer à l’action. J’irai dans des centres d’appels par exemple. J’ai déjà rencontré Marlène Schiappa (ndlr : la secrétaire d’Etat)… »
Quels sont vos hobbies ?
– Maëva Coucke : « J’adore la cuisine, la mode, les voyages, les animaux… D’ailleurs, on m’a toujours dit que j’étais une Brigitte Bardot ! J’aime aussi beaucoup le cinéma, Dujardin et le rêve américain, Dany Boon bien sûr. J’aimerais bien dîner avec les deux ! »
Vous semblez très attachée aux Hauts-de-France…
– Maëva Coucke : Totalement, je suis une vraie Ch’ti. J’adore le welsh et les moules frites ! Je suis née à Fougères mais de deux sangs nordistes. Je suis arrivée à Ferques dès 6 ans. J’ai passé mon BTS à Lille. J’adore Boulogne, Arras et ses places, Le Touquet (ce sera compliqué cet été !). Ici, dans le Nord, tout est toujours possible. C’est une région qui m’a toujours soutenue. »
Que souhaitez-vous aux lecteurs de St-Quentin Mag pour cette nouvelle année ?
– Maëva Coucke : « La santé, du travail et plein de bonheur. Et qu’ils viennent à ma rencontre quand je viendrai dans leur région ! »