L’œil de Mousset

– 225
C’est le nombre de candidats qui s’offrent à nos suffrages aux élections municipales. Saluons leur engagement :
vouloir œuvrer pour ses concitoyens, c’est méritoire. 180 seront déçus, puisque battus : il n’y a que 45 sièges au conseil municipal. Tous figurent sur 5 listes aux projets très différents. Les uns formeront la majorité, chargée de gérer notre ville ; les autres constitueront l’opposition, exerçant la fonction critique indispensable en démocratie. A nous, les 34 238 électeurs (au dernier scrutin), d’en décider.
– Public chéri
Lors de cette campagne des municipales, il y a eu un moment unique où gauche, droite et extrêmes se sont retrouvés : lors du débat entre têtes de liste, au théâtre Jean-Vilar. Le spectacle n’était pas tant sur scène que dans la salle, divisée par affinités politiques. Les animateurs ont eu beau demander de ne pas se manifester : au bout d’une heure, applaudissements, exclamations et rires. « Un homme ça s’empêche », pensait Albert Camus. Un militant ça se lâche, très vite. A la sortie, chacun était bien persuadé que son champion était le meilleur. Il n’y aura pourtant qu’un seul vainqueur.
– Grosses bises
Le maire de Saint-Quentin suit scrupuleusement les recommandations gouvernementales contre le virus :
pas de poignées de main ni d’embrassades. Mais lors de la remise de la médaille d’honneur de la Ville aux femmes exemplaires, le 8 mars, la conseillère municipale Colette Blériot a bravé l’interdit : à ses risques et périls, elle a embrassé comme le bon pain, sur les deux joues, un beau jeune homme, Killian Nomine, qui s’est récemment illustré en secourant une vieille dame victime d’une agression. Réaction dans l’assistance :
« Colette doit être immunisée ». L’épidémie n’arrête pas l’humour.
– Bêtes de scène
A la veille du second tour des municipales, des manifestants vont faire entendre leurs voix : ni gilets jaunes, ni syndicalistes, mais les ar-NACcoeurs, défenseurs des Nouveaux Animaux de Compagnie, hostile à l’utilisation des bêtes dans les cirques. Car, à partir du 21 mars, Arlette Gruss plante son chapiteau sur le champ de foire. Les opposants se sont donnés rendez-vous à 14 h avec ce slogan : « Les animaux ne sont pas des clowns ». Peut-être l’occasion de voir Julien Calon et Sylvie Saillard, les deux candidats qui ont pris parti pendant la campagne pour la cause animale…