L’œil de Mousset

Vive l’Ecosse libre !
Pendant longtemps, j’ai réduit l’Ecosse au whisky, au kilt et au brouillard, au monstre du Loch Ness et à « L’île noire » de Tintin. C’était un tort : l’Ecosse est un grand pays que désormais j’admire depuis qu’il a voté majoritairement oui à l’Europe, alors que les Anglais lui disaient non. Nos amis Ecossais ont même l’intention d’organiser, à leur tour, leur propre référendum pour faire sécession et rejoindre l’Union européenne. Bravo ! Pendant que les uns sortent par la porte, les autres essaient de rentrer par la fenêtre. Allez, un coup de Loch Lomond pour saluer la bonne intention !

Toutou mobile
Nous apercevons dans nos rues le bibliobus, une fourgonnette pleine de livres qui transporte la culture. Les glaces Martinez se déplacent sur nos lieux de détente, pour nous rafraîchir. La municipalité elle-même s’est mise à quatre roues pour s’installer dans les quartiers et nous aider dans nos démarches administratives. Selon le même principe, un drôle de camion sillonne la ville, marqué de ce slogan : « A l’heure du bain ». Non, ce n’est pas pour laver bébé ou pépé, mais le chien : un salon de toilettage itinérant. Qu’est-ce qu’on n’invente pas pour nous rendre la vie plus facile !

Moi correcteur
Depuis 22 ans, je corrige l’épreuve de philo au bac. C’est un moment intense et émouvant. J’ai entre les mains un bout du destin de 151 candidat(e)s. L’élève à qui je mets 19 s’en souviendra toute sa vie, et celui à qui j’inflige un 2 aussi. Dans l’anonymat absolu, j’ai la mélancolie de penser que je ne connaîtrai jamais ceux que j’ai honorés, ni ceux que j’ai sanctionnés, et eux non plus ne sauront rien de moi. Leurs copies, excellentes ou indigentes, iront rejoindre pour l’éternité les archives de l’Education nationale.

Comme un ver
A l’approche des vacances d’été, un sondage nous apprend que 7 millions de Français sont tentés par le naturisme. Nos arrière-grands-parents n’auraient pas osé tomber la culotte et le maillot. Cette pratique est bizarre : ce n’est pas un problème de pudeur, mais quel besoin y a-t-il de se dévêtir pour se sentir bien ? Surtout, je crains une offense à l’esthétique : l’étalage des bijoux de famille et du service trois pièces ne fait pas forcément une vitrine de luxe. Et puis, que devient l’amour quand on est tout nu ? On ne séduit plus lorsqu’on ne cache rien. Parce que je veux préserver l’érotisme, je suis contre le naturisme.