L’œil de Mousset

Tout est annulé
Le mot qui revient ces derniers jours, c’est « annulation ». A la suite des attentats, toute une série de manifestations locales ont été supprimées ou ajournées. Les raisons de sécurité sont évidentes, mais pas suffisantes, car d’autres initiatives ont été maintenues. Des spectacles importants ont eu lieu, alors que des rendez-vous plus confidentiels ont été déprogrammés. Les motifs financiers ne sont sans doute pas étrangers à ces choix. Et puis, avec le mauvais esprit qui me caractérise, je me dis que ce pouvait être aussi un prétexte paresseux à ne pas faire ce qui était prévu. Quoi qu’il en soit, face aux terroristes, « the show must go on ».

A qui la faute ?
L’horreur exige des explications. Nous voulons passer notre colère sur des responsables, trouver des raisons à la folie meurtrière. Les accusateurs pointent du doigt les Etats-Unis et sa politique étrangère : comme si l’Amérique n’avait pas été la principale victime du terrorisme ! Ou bien ce sont nos services de renseignements qui sont soupçonnés de n’avoir pas fait leur travail : comme s’il était possible de surveiller tous les fanatiques lâchés dans la nature ! Les seuls responsables du mal, ce sont ceux qui tiennent le fusil ou se font exploser. Les loups sont entrés dans Paris : pourquoi chercher des boucs émissaires ?

Je suis Europe
Il est tentant, en ces temps de drame, de prôner le repli national, la fermeture des frontières, la méfiance envers l’Europe, le rejet de ce monde vaste et dangereux. Mais c’est plus d’Europe qu’il nous faut, car la lutte contre le terrorisme ne peut se mener efficacement qu’à ce niveau. Pas la peine de voir les tueurs en étrangers du bout du monde : ce sont hélas des p’tits gars bien de chez nous, dont un chauffeur de bus. Je suis Paris, oui, patriote et républicain bien sûr, mais aussi européen.

Adieu Maurice
Le docteur Maurice Camhi s’est éteint. C’était un familier des débats et conférences de Saint-Quentin, animateur à l’occasion du café philo, qu’il introduisait par une chanson, façon originale de provoquer les échanges. Ce rationaliste, pourfendeur de l’obscurantisme, nous quitte au moment où le fanatisme religieux frappe. Il lisait cette chronique et s’en amusait, se prenant au jeu de m’envoyer une carte postale, comme je l’avais suggéré cet été. Ce libre penseur rejoint un ciel auquel il ne croyait pas : ce sera ma dernière malice à l’égard d’un brave homme qui n’en manquait pas.

Retrouvez Emmanuel Mousset sur son blog : jaitantdechosesavousdire.blogspot.com