L’œil de Mousset

70 ans et plus
Un rapport propose d’instaurer la retraite obligatoire à 70 ans pour les élus de la République. L’objectif est de renouveler et de rajeunir la classe politique. L’intention est bonne, mais la mesure est mauvaise. Ce sont les quinquas et les sexagénaires qui trustent les places, pas les vieux. Et puis, on peut être âgé, efficace et dévoué. Non, ce qu’il faut, puisque le nombre de mandats a été réduit, c’est s’attaquer à la durée : deux suffisent pour faire du bon travail, le troisième est souvent de trop. Mais nos hommes publics l’acceptent mal : même sur leur lit de mort, ils ont encore des pulsions de pouvoir.

XB à la rose ?
Mes amis socialistes s’irritent d’entendre Xavier Bertrand, candidat aux élections régionales, se réclamer de Pierre Mauroy, ancien maire de Lille. Moi, je suis fier qu’une grande figure de la gauche, contestée en son temps par la droite, soit désormais une référence unanime. Les personnages qui ont marqué l’histoire appartiennent, de ce fait, à tous les Français. A nous, socialistes, de nous approprier un autre géant du nord, par exemple Charles de Gaulle : n’est-ce pas le général qui, en 1969, a défendu la régionalisation, reprise aujourd’hui à sa façon par la gauche ? Alors, vive De Gaulle, vive Mauroy !

Bac is back
Quand j’ai passé le bac, la télé n’en parlait pas, nous étions une minorité, c’était une affaire privée. Aujourd’hui, l’événement est national et mobilise les médias. Plusieurs jours avant, on suit les révisions. Pendant l’examen, on commente les sujets. Aux résultats, on s’émeut devant les larmes de joie ou de peine. Dans le même temps, ce « monument » fait douter : ne faudrait-il pas le supprimer ? Mais qui souhaite sérieusement raser l’Arc-de-Triomphe ?

Notre part de misère
Le sort des migrants qui fuient la dictature et la misère pour trouver la mort en Méditerranée est un épouvantable drame. L’Europe fait des efforts pour imaginer une répartition de ces malheureux dans chaque pays de l’Union. En France, Jean-Pierre Raffarin a avancé une proposition étonnante et courageuse, en ces temps de xénophobie montante : installer les familles dans les campagnes désertées, afin de les repeupler. L’ancien Premier ministre en rejoint ainsi un autre, Michel Rocard, qui disait il y a plus de 20 ans : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde… », et on oublie souvent la fin de la phrase : « …mais elle doit en prendre sa part ». Nous y voilà.

Retrouvez Emmanuel Mousset sur son blog : jaitantdechosesavousdire.blogspot.com