L’œil de Mousset

Géométrie variable
L’Arménie a commémoré le centenaire du génocide qui a frappé 1,2 million d’hommes, de femmes et d’enfants, première entreprise d’extermination d’un peuple au XXe siècle. Plusieurs chefs d’Etat ont participé aux cérémonies, dont le méchant Poutine, mal aimé en Occident. Mais le gentil Obama, si sympa, où était-il ? Resté chez lui, il n’a même pas osé employer le mot de « génocide », pourtant défenseur qu’il est des droits de l’Homme, partout dans le monde… sauf à Erevan.

Pas un scandale !
Vous vous souvenez de la formule furibarde de Georges Marchais à la télévision : « C’est un scandale ! » J’ai cru l’entendre d’outre-tombe, lorsque François Hollande a comparé le programme économique du FN à un tract du PCF des années 70. Pourtant, pourquoi s’offusquer d’une telle évidence ? L’extrême droite, ce n’est pas nouveau dans son histoire, récupère des positions anti-libérales qui lui permettent de capter une partie de l’électorat de gauche. Le vrai scandale, c’est ce détournement d’idées, ce n’est pas le fait de le constater.

L’argent a une odeur
Une start-up vient d’inventer un concept génial, auprès des pompes funèbres : le souvenir olfactif. Pour 560 euros, vous repartez avec l’odeur du défunt en flacon, prélevée sur un vêtement. Ainsi, à la maison, vous pourrez respirer un parfum de mort, même si vous ne pouviez pas le sentir de son vivant. L’idée pourrait être élargie : pourquoi ne pas conserver de la sueur, des larmes ou du caca de nos chers disparus, congelés ? Après tout, au Moyen Age, d’étonnantes reliques des saints étaient vénérées. Mais il n’y avait pas besoin de sortir son porte-monnaie.

Media culpa
Le conseil général de l’Aisne, fraîchement élu, a adopté un étrange vœu : une demande de réparation aux médias pour la mauvaise image donnée de notre département durant les élections départementales. En effet, de nombreux reportages ont traité du vote d’extrême droite, en lien avec la situation économique de la région. Mais pourquoi le reprocher aux journalistes, qui n’ont fait que leur métier ? C’est un peu comme si les sales gueules faisaient un procès aux marchands de miroirs ! Nos élus pourraient profiter du 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse, pour s’excuser de leur outrecuidance auprès des médias.

Retrouvez Emmanuel Mousset sur son blog : jaitantdechosesavousdire.blogspot.com