L’œil de Mousset

Vague de peur
Avez-vous remarqué cette mode des alertes à la télévision ? Orage, pollution, grippe, et les cartes qui vont avec. Notre société est constamment en alerte d’un danger. Le 16 avril dernier, le préfet de Haute-Corse a lancé une alerte au tsunami, à cause d’un séisme sous-marin en Grèce. Les forces de l’ordre ont été mobilisées, les terrasses des ports de Bastia évacuées. Certains habitants ont même pris le maquis. Sauf qu’il n’y a rien eu, pas même une vaguelette sur les orteils. Le « principe de précaution » fait parfois un flop.

Elus tout nus
C’est devenu une habitude : revendiquer ou attirer l’attention en tenue d’Adam. A Touillon-et-Loutelet, dans le Doubs, le conseil municipal a trouvé une idée pour faire respecter la limitation de vitesse à 30 km/h : poser nu sur une affiche à l’entrée du village, le panneau cachant les sexes, avec ce slogan du meilleur goût : « Merci pour nos enfants ». Jadis, l’autorité se faisait respecter par la fermeté, et c’est la dérision qui contestait la loi. Dorénavant, pour imposer une règle, on se met à rigoler et à se dévêtir. Mais est-ce que baisser la culotte fait lever le pied ?

Les surdoués sont nuls
Ils font régulièrement parler d’eux. Les surdoués sont fascinants, surtout aux yeux de leurs parents, heureux d’avoir des enfants si intelligents. Mais l’existence de ces petits génies n’est pas ce qu’on croit : ils s’adaptent difficilement à l’école, ont de mauvaises notes, sont rejetés par leurs camarades, dépriment dans leur coin, ratent finalement leur vie. J’en viens à me demander à quoi sert-il d’être surdoué, si c’est pour ne pas réussir ses études ? On ne se rend pas assez compte de la chance que nous avons, communs des mortels, d’échapper à l’extrême intelligence…

Plaignons-nous
A Saint-Lys, en Haute-Garonne, Jordan, 9 ans, s’est disputé avec sa petite copine. Même chez les enfants, les histoires d’amour finissent mal, en général. Le garçon dépité a tiré les cheveux de la fille. La maman, pas contente, a porté plainte, et Jordan s’est retrouvé au poste, à s’expliquer devant les gendarmes. Aujourd’hui, pour un pet de travers, les gens s’adressent à la justice. Le philosophe Platon estimait qu’une société entrait en décadence quand les citoyens sollicitaient trop les tribunaux, au lieu de régler raisonnablement entre eux leurs différends. Nous y sommes.

Retrouvez Emmanuel Mousset sur son blog : jaitantdechosesavousdire.blogspot.com