L’œil de Mousset

Coup de mou
A cause du prolongement du plan Vigipirate, un syndicat s’est plaint de la fatigue occasionnée aux policiers et militaires : rester de longues heures debout, immobile, un gros fusil à la main, c’est épuisant. Je n’ose imaginer l’état de nos troupes en cas de guerre ! La fatigue est d’ailleurs un des motifs les plus fréquents de mécontentement aujourd’hui. Les parents s’exaspèrent de la fatigue de leurs enfants, qu’on fait lever le mercredi matin depuis la réforme des rythmes scolaires. Les cadres supérieurs eux aussi sont fatigués d’une surdose de travail, le « burn-out ». A mon tour, je me sens fatigué par tous ces gens qui se disent fatigués.

Ras le voile
A l’approche de la journée internationale des femmes, Pascale Boistard, la secrétaire d’Etat aux Droits des femmes, a cru bon de souhaiter l’interdiction du voile dans l’enseignement supérieur. Le chef du gouvernement a dû la recadrer. Ah, ces jeunes ministres ! Les signes religieux sont interdits à l’école, très bien. Pour le reste, chacun est libre de se vêtir comme il veut : on est en République, quand même ! Quant aux violences faites aux femmes, il y a des lois qui les punissent. Pas besoin de s’affoler pour un bout de tissu sur la tête.

Au flou ! Au flou !
Avez-vous vu la nouvelle émission sur D8, « Adam recherche Eve » ? Un garçon et une fille sont tout nus sur une île. Lui a de larges pectoraux, elle de gros nichons. Mais à la place de la zigounette et du minou, on ne voit que de la purée de pois : c’est flouté ! Du coup, notre imagination est titillée : supposez que le kiki du gars se redresse, ce qui n’est pas à exclure étant données les circonstances ; que se passerait-il ? La pastille brouillée qui masque les sexes serait-elle assez large ? Drôle de jeu ! J’ai malgré tout regardé jusqu’à la fin pour pouvoir vous en parler.

Vivre et mourir
J’ai longtemps été favorable à l’euthanasie : chacun doit être libre de choisir sa mort et de ne pas souffrir. Maintenant, j’hésite. La mort dans la dignité, ça n’existe pas : mourir, c’est toujours dégueulasse. Surtout, la notion de « suicide assisté » est horrible : mettre fin à ses jours est une tragédie ; en faire un droit est choquant. En revanche, la sédation profonde et continue, proposée par la loi Claeys-Leonetti, discutée cette semaine au Parlement, me semble être un progrès. Il y a tout de même une différence entre le refus de la souffrance et le permis de tuer.

Retrouvez Emmanuel Mousset sur son blog : jaitantdechosesavousdire.blogspot.com