L’hiver de nos rosiers

Bien faire passer l’hiver à nos rosiers permet de leur assurer une chance supplémentaire de bonne floraison à la saison prochaine. Dans la première partie de l’été, la végétation des rosiers est vigoureuse et les pousses se développent avec une grande rapidité. Dès septembre, avec l’arrivée de l’automne, la végétation ralentit, les rameaux deviennent plus durs à la coupe quand vous enlevez les fleurs fanées. C’est ce que l’on appelle l’aoûtage. Imitons la nature en préparant dès l’automne nos rosiers à bien passer l’hiver. Le buttage des rosiers par apport de 10 à 15 cm de terre fine et tassée au pied des rosiers protégera des grands froids dans notre région. Fin novembre, c’est-à-dire maintenant, avant les très basses températures, les parties aériennes les plus hautes, même si elles portent encore quelques fleurs, seront coupées au sécateur, c’est ce qu’on appelle la taille de nivellement du tiers environ de la hauteur de vos rosiers. La véritable taille de printemps ne se fera qu’en février ou mars, suivant l’hiver et l’état de vos rosiers.
Enfin, quand les conditions atmosphériques le permettent, après la chute des feuilles, un traitement à la bouillie bordelaise, toujours d’actualité, assure une lutte et une protection efficace contre la rouille, les taches noires et d’autres maladies. Il faut apporter un soin tout particulier aux rosiers qui ont été plantés à l’automne, c’est-à-dire maintenant, car ils ne sont pas encore solidement enracinés. Et ceux-ci vous diront merci l’été prochain par leur abondante floraison.

Elie Delval, Président de la Société d’horticulture de Saint-Quentin

« La rose mit alors un peu de sa lumière,
Dans le ciel gris d’un jour, qui ne finissait pas. »
Raymond Barberon