Leur croisière en galère

Qui n’a pas rêvé de faire le tour du monde. Deux Saint-Quentinois aujourd’hui retraités et installés près de Bayonne sont des inconditionnels de cette aventure. A l’occasion de leur 4e tour du monde, septuagénaires, Michèle et son époux Patrick Contini, figure saint-quentinoise emblématique, ancien gardien de but de l’OSQ de 1970 à 1977, puis dirigeant du SQBB durant 20 ans, club qu’il présida en 2014, viennent de vivre une croisière perturbée avec le confinement pour la Covid-19. Ils étaient partis de la cité des Doges en Italie le 5 janvier dernier pour quatre mois de navigation à bord du Costa Deliziosa. Un luxueux navire de croisière de 300 m de long pouvant accueillir près de 3 000 passagers. Après être passés par Barcelone, les Canaries, l’Equateur, le canal de Panama, le Pérou, le Costa Rica, la Bolivie, le Chili, l’île de Pâques, l’Australie… et alors que le périple devait se poursuivre par la Nouvelle-Zélande, la Chine, le Japon, le Cambodge, le Vietnam… changement de programme ! « Le 17 mars à Perth, au sud de l’Australie, le commandant nous a prévenu que le plan de navigation était modifié. Nous sommes finalement passés par Madagascar, l’île Maurice, la Réunion, mais aucun port ne voulait nous accepter pour des escales avec le confinement d’une grande partie du monde. » La croisière ne tourne pas pour autant au cauchemar, la vie suit son cours. « Nous n’avons jamais eu peur, il n’y avait aucun cas à bord. Les restaurants, les bars, les boutiques étaient ouverts, rien n’a changé. » Le retour prévu à Venise le 26 avril est lui aussi modifié.
Après avoir débarqué les croisiéristes espagnols à Barcelone, Michèle, Patrick et l’ensemble des passagers français espèrent être débarqués à Marseille, mais les autorités de la Cité phocéenne refusent d’accueillir le bateau. Le 4e tour du monde des ex-Saint-Quentinois a donc pris fin à Barcelone et en pleine forme. « Nous regrettons de ne pas avoir fait les escales initialement prévues. Pour le reste, il y avait à bord la convivialité et les amis. Nous ne regrettons rien. D’ailleurs, nous avons déjà réservé pour un 5e tour du monde. On espère pouvoir partir en janvier », concluent Michèle et Patrick, déjà prêts pour partir à la découverte de nouvelles contrées.