L’essentiel du conseil municipal – Un synthétique à Debrésie

Les amateurs de ballon rond vont être aux anges. Lundi soir (19 février) en conseil municipal, la Ville a voté la construction dès cet été d’un terrain de football synthétique au stade Paul-Debrésie. Un investissement de 750 000 € qui pourrait être subventionné par la Région à une hauteur de 100 000 €
maximum, a précisé Xavier Bertrand. « Nous avons un certain retard à ce niveau », a concédé le maire Frédérique Macarez. En effet, l’Aisne ne compte que trois terrains synthétiques situés à Guignicourt, Château-Thierry et Laon, contre quinze pour le reste de la Picardie et 136 dans les Hauts-de-France. Avec 1 400 licenciés pour 87 équipes dans 9 clubs, la ville était jusqu’alors dépourvue de cet équipement qui contraignait parfois l’équipe phare de l’OSQ à se déplacer jusqu’à Guignicourt lorsque les terrains impraticables étaient fermés. Chargée du sport au Département, Colette Blériot a annoncé une subvention à hauteur de 25 à 30 %. On attend désormais une subvention de l’Etat. Le terrain C du stade Debrésie a été choisi pour cet équipement exclusivement dédié aux entraînements.
– Aides à l’embellissement, l’agencement et la sécurisation des points de vente : 7 commerces vont bénéficier d’une aide de 2 000 €. Frédérique Macarez a rappelé son opposition aux extensions des zones commerciales situées aux abords des villes, dont la zone Sanelec qui ouvrira en mars prochain. « Cette zone nous a été imposée, c’est inadmissible… Il faut que l’on invente des mesures fiscales pour soutenir les commerces de proximité. »
– Conteneurs enterrés : dans le cadre des travaux de rénovation de 408 logements au quartier de Neuville, rues Raoul-Huguet et Jacques-Blanchot, les conteneurs seront enterrés. Un moyen de lutter contre les incivilités et les incendies. Un investissement de 176 000 € subventionné par la Région à hauteur de 25 126 €.
– Régularisation du temps de travail des fonctionnaires : après un rapport de la chambre régionale des comptes en 2016, soulignant un temps de travail inférieur à la loi, la Ville a décidé de se mettre en conformité. Le temps de travail annuel est donc passé à 1 607 heures.