Les arts urbains à l’assaut de St-Quentin

FRANCE, Paris : Street artist Jace of The Reunion is painting a giant fresco in the 13th arrondissement of Paris, on July 28, 2015. - CITIZENSIDE/CAROLINE PAUX

De la bombe baby ! Après le succès des deux premières éditions, le festival des arts urbains « Ceci n’est pas un tag » est de retour à Saint-Quentin ce samedi 30 septembre. Performances, ateliers, expositions et animations vont rythmer cette journée exceptionnelle entièrement dédiée au street art. Pour Frédérique Macarez, le maire, c’est l’occasion « d’interpeller le public et d’offrir un autre regard sur la ville. Par nature éphémère, le street art n’est pas fait pour durer mais il appelle à l’échange et la discussion. »
– Performances – Une nouvelle fois, les habitants sont invités à venir observer et découvrir le travail d’artistes de rue qui « performeront » en direct live sur des supports éphémères (lire ci-contre). Aux côtés de Ted Nomad, Freaks the Fab et Thoma Vuille (alias M. Chat), soulignons la présence d’artistes saint-quentinois : Rim. K et le collectif   Artifices.
– Animations – Elles vont rythmer cette journée du 30 septembre avec à la clé de singulières surprises.
– Gens de couleur : colorés de la tête au pied, mi-hommes mi-statues, les gens de couleur de la compagnie Ilotopie vont parader dans les rues piétonnes du centre-ville de 16 h 30 à 17 h 30 avec un grand final sur la place de l’Hôtel-de-Ville. On adore !
– Les grandes oreilles : de 14 h à 23 h, des oreilles géantes vont jalonner la rue de la Sellerie, invitant le public à s’y asseoir en creux pour entendre des anecdotes. Déroutant !
– Musique : à l’honneur avec une fanfare street hip hop menée par Bad Fat, un énergique MC. A savourer à 15 h devant le théâtre Jean-Vilar, puis à 18 h 30 devant le Splendid. 4 Crazy Dunkers : envie de découvrir le basket acrobatique ?
Rendez-vous à 22 h place de l’Hôtel-de-Ville avec l’incroyable show des Crazy Dunkers : acrobaties, passes aveugles et dunks fous réalisés à plus de 4 m du sol. Spectaculaire ! A noter que le team se produira également sur place à 14 h et 16 h : deux séances de performances suivies d’initiations.
– Show dance : Yeah Yellow a composé un show étonnant composé de dix danseurs virevoltants. Venez les applaudir à 14 h 30 et 18 h dans la rue de la Sellerie.
– Les expos – Deux expos en libre accès à découvrir ce samedi de 14 h à 23 h : la rétrospective des œuvres de M. Chat à l’espace Saint-Jacques (rue de la Sellerie) et le « street art à Toronto » à la galerie 115 (rue d’Isle).
– Les ateliers – Les ateli – Quatre ateliers sont prévus à la galerie Saint-Jacques. Le premier, de 14 h à 23 h, vous invite à venir peindre et graffer à l’aide de pochoirs et d’obtenir le résultat en version numérique ! Trois autres sont dédiés à l’initiation au street art : à la craie (de 16 h à 17 h), au pochoir (18 h à 19 h) et sur des toiles de cellophane (19 h 15 à 20 h).
– Graff sur baskets : envie de relooker vos vieilles baskets, un tee-shirt, un sac ou tout autre objet ? Benjamin d’Oliverira et son équipe vous attendent de 14 h à 23 h sous une tonnelle aménagée rue de la Sellerie. Faites-vous plaisir !
– Concours – Dans le cadre de « Ceci n’est pas un tag », la ville organise un concours de création éphémère sur le grillage de votre maison. Fil, laine, papier, gobelet… à vous de jouer ! Faites une photo et envoyez-la à clara.saintcyr@saint-quentin.fr. Un jury sélectionnera deux lauréats.

 

où seront-ils ?

Ce samedi 30 septembre, 5 artistes vont réaliser des œuvres en pleine rue. N’hésitez pas à aller à leur rencontre ! Voici où vous pourrez les observer en plein travail…
M. Chat Rue Victor-Basch
Artifices Rue de Tour-y-Val (usine désaffectée)
Ted Nomad Rue Victor-Basch
Freaks the Fab Rue d’Isle (ex-boutique Jaillant)
Rim. K Hall du Splendid et Bd Léon-Blum

 

WP_20170914_17_44_49_Pro

Trois questions à Rim. K

Il fait partie des artistes présents pour la journée urbaine de ce samedi 30 septembre. Trois questions à Rim. K, artiste saint-quentinois.
– Comment êtes-vous arrivé à faire du street art ? « Tout simplement en voyant une émission à la télé et en voyant l’œuvre d’un artiste lors du Festival du devenir. C’est cela qui m’a donné envie de me lancer. Autodidacte, je fais de la déco, des toiles, des graffs… je suis polyvalent. »
– Que représente pour vous cet art urbain ? « C’est un moyen de s’exprimer. Mais aussi, quand on fait du graff, on aime qu’il soit vu pour faire savoir que l’on existe. »
– Que représente pour vous le festival de Saint-Quentin ? « C’est une reconnaissance, c’est la ville qui organise et c’est bien de pouvoir graffer librement et surtout légalement. On est libre de faire ce que l’on veut ! Ce qu’il y a de bien, c’est aussi de pouvoir rencontrer les gens et échanger avec eux. »