L’Epide dit non à l’échec

Depuis 2008, le centre Epide de Saint-Quentin (Etablissement pour l’insertion dans l’emploi) accueille des jeunes âgés de 18 à 25 ans pour les prendre en main et les accompagner vers le monde du travail. « Dès le début de l’année 2022, nous serons également autorisés à prendre sous notre responsabilité des mineurs de 17 ans », annonce Marie-Aline Simonard, chef de service à l’Epide. Mais quel est donc le profil de ces jeunes, filles et garçons, qui décident un jour de pousser la porte du centre ? « Pour la plupart, ce sont des jeunes déscolarisés, peu ou pas diplômés, sans vraiment d’orientation, avec parfois des problématiques sociales », précise Marie-Aline. Laquelle annonce une autre nouveauté pour 2022 : « Jusqu’alors, nous pouvions accueillir des jeunes de niveau CAP ou BEP maximum. Désormais, les bacheliers vont pouvoir nous rejoindre. »
Reste à savoir quel est le quotidien des pensionnaires du centre. « Ils signent tous un contrat de huit mois, durant lesquels notre équipe pluridisciplinaire va les accompagner dans la réalisation de leur projet professionnel, via un accompagnement à l’emploi, une remise à niveau individualisée et adaptée à chaque projet, ainsi qu’un suivi médico-social. » A noter également que l’Epide fonctionne en internat : du lundi au vendredi, les jeunes sont hébergés, nourris et blanchis. Ils perçoivent en outre une allocation mensuelle de 300 € par mois, dont 90 € sont obligatoirement épargnés. « Cela signifie qu’au terme des huit mois, ils ressortent avec un petit pécule d’au moins 720 € », note Marie-Aline. Autre avantage : la possibilité de passer sur place le code de la route et une aide financière au permis de conduire.
A Saint-Quentin, la capacité d’accueil est de 150 jeunes, encadrés par une cinquantaine d’agents. Sur place, l’uniforme bleu marine est de rigueur pour tous, pensionnaires comme employés. « Avant d’intégrer l’Epide, bon nombre de jeunes ont manqué de cadre et de repères. L’uniforme est un symbole fort, qui gomme les différences et renforce le sentiment d’appartenir à une même famille. » Et pour renforcer les liens, tous les pensionnaires assistent le vendredi matin à la levée des couleurs, suivie d’une Marseillaise.
Si la structure est mixte, les jeunes filles restent minoritaires puisqu’elles ne représentent que 30 % des effectifs. « Peut mieux faire ! », estime Marie-Aline. En revanche, le taux de réussite reste très encourageant puisque 70 % des jeunes passés par le centre de Saint-Quentin concrétisent leur projet professionnel. Vous l’aurez compris, c’est une vraie mission de service public que remplit l’Epide, qui compte en France une vingtaine de centres.
CONTACT
– Epide : ZAC La Vallée, 140, rue de la Chaussée romaine à Saint-Quentin
– Infos et inscriptions au 03 23 51 40 04 ou sur www.epide.fr (rubrique « jeune »)