Le point sur les vaccins

Comme partout en France, la campagne de vaccination contre la Covid-19 se poursuit tant bien que mal dans l’Aisne, au gré des livraisons de vaccin. À la date du 17 février, 23 773 personnes, dont 7 677 âgées de 75 ans et plus, avaient été vaccinées dans le département.
Centres de vaccination
A Saint-Quentin, trois centres de vaccination sont à l’œuvre pour accueillir le public :
– Palais des sports – inscriptions uniquement par téléphone au numéro de solidarité du CCAS : 03 23 63 68 63.
– Centre Hospitalier : 03 23 05 58 73.
– Hôpital privé Saint-Claude : 03 23 64 53 51.
Pour quels publics ?
– Pour l’heure, la campagne de vaccination concerne les personnes âgées de 75 ans et plus, ainsi que les patients vulnérables à très haut risque (avec certificat médical) et sans critère d’âge.
– Depuis le 17 février, la vaccination est ouverte à l’ensemble des sapeurs-pompiers, aides à domicile et personnels de santé libérale, quel que soit leur âge (vaccin AstraZeneca).
– La Direction Générale de la Santé (DGS) indique qu’à partir du 25 février, le vaccin AstraZeneca pourra être administré par les médecins généralistes aux personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités. Cette campagne commencera assez lentement, puisque les médecins qui le souhaitent disposeront de 10 doses seulement la première semaine et de 20 à 30 doses à partir du 1er mars.
– Les médecins de ville souhaitant se porter volontaires pour cette campagne sont invités à se rapprocher de la pharmacie d’officine de leur choix, qui se chargera de les inscrire via une télé-procédure.
Deux jours de dépistage
En raison de la circulation très active de la Covid-19, deux jours de dépistage exceptionnel sont organisés à Saint-Quentin les 24 et 25 février. Pour ce jeudi 25 février (jour de parution de St-Quentin Mag), rendez-vous de 9 h à 17 h au gymnase Marcel-Bienfait, quartier de Neuville. Gratuit et ouvert à tous. Se munir de sa carte Vitale et d’idendité. « Le dépistage est essentiel pour anticiper l’arrivée des variants, dont on enregistre une flambée des cas à Nice comme à Dunkerque, insiste le maire Frédérique Macarez. Il faut impérativement se prémunir de difficultés plus graves, d’autant que ces variants sont plus contagieux et imposent aux cas positifs une période d’isolement passée de 7 à 10 jours. »
Aires de jeux pour enfants
Depuis le premier week-end des vacances scolaires, la plupart des aires de jeux de la ville, dont celles des Champs-Elysées et du parc d’Isle, ont rouvert au public. Une bonne nouvelle pour les enfants mais veillez tout de même à respecter les gestes barrières.