Lawrence de Picardie

Découvrez le héros loufoque d’un roman frappadingue !

« Nous sommes en 2076. La Picardie lutte pour son indépendance et contre l’oppression des Francs. Ces derniers veulent nationaliser les champs de betteraves pour mettre la main sur la dernière source d’énergie : l’éthanol. » Voici le pitch de « Lawrence de Picardie », le premier roman de Jean Saintot, un jeune auteur de 29 ans originaire du Laonnois.
L’idée d’un récit décalé lui est venue en écoutant les Fatals Picards et leur titre « Picardia Independaza ». « Je me suis mis à imaginer un héros picard qui parodie Lawrence d’Arabie. Je voulais un personnage qui contraste avec la réalité régionale, explique Jean Saintot. Au départ, c’était une nouvelle de quinze pages qui a ensuite été adaptée en BD en 2011. Les encouragements m’ont motivé pour en faire un vrai roman. » Le résultat est une aventure loufoque, assaisonnée de beaucoup d’humour. Il faut dire que cette Picardie d’une autre dimension a beaucoup de points communs avec la réalité. « Mais attention, je ne me moque pas. C’est une histoire frappadingue à prendre au second degré. »
Lawrence, un Anglais, rencontre des autochtones aux particularités bien marquées : de l’anarcho-autonome au sosie de Johnny Hallyday. « J’ai pensé à un roman futuriste pour me démarquer de la littérature parisienne. Elle a plutôt tendance à voir les provinces comme des régions passéistes », soutient l’auteur. Jean Saintot a pu présenter son roman lors du dernier Salon du livre de Paris. « C’était sympa d’échanger avec le public, surtout les Picards qui étaient curieux. »
Pour créer cet univers particulier, Jean Saintot a puisé dans les références de l’héroic-fantasy que sont « Sacré Graal ! »
ou « Le Seigneur des anneaux ». « Mais mon univers préféré reste celui du britannique Terry Pratchett », confie-t-il. Si ce premier roman rencontre un « succès relatif », Jean Saintot a déjà d’autres projets en tête. A suivre…

« Lawrence de Picardie », publié aux éditions Engelaere. Disponible sur Amazon (13,90 €).