La Ville dit stop au harcèlement

Harcèlement. Un terme qui, dans la foulée de l’affaire Weinstein, ne cesse de faire la Une des médias. « Depuis plusieurs semaines, nous assistons en effet à la libération de la parole en matière de harcèlement dans un domaine qui concerne principalement les agressions sexuelles. Ces faits ont permis à de nombreuses femmes de briser une certaine omerta », estime le maire Frédérique Macarez. Hélas, le harcèlement concerne aussi les enfants. Chaque année en France, près de 700 000 élèves souffrent ainsi de moqueries, de mises à l’écart, voire de violences physiques… Le 14 novembre dernier, la Ville et la Maison de l’égalité et du droit ont organisé un grand colloque au palais de Fervaques autour du harcèlement scolaire. De nombreuses structures sont intervenues sur la prévention, la prise en charge, le cyber harcèlement…
« La grande difficulté avec le harcèlement, c’est qu’il est difficile à définir et difficile à déceler. On peut considérer qu’un élève est harcelé quand il est victime de violences physiques ou morales répétées et qu’il est isolé face à cette violence. Les harceleurs sévissent le plus souvent sur des élèves en fonction de leur physique, de leur handicap… et même parfois leurs centres d’intérêt qui sont différents. Le harcèlement va naturellement à l’encontre des valeurs portées par notre société », a insisté Frédérique Macarez.
A Saint-Quentin, la Ville a déjà mis deux actions en places. La première est à l’initiative du service de médiation : « A l’école primaire, nous avons créé des médiateurs de cour, une action intéressante que nous voulons étendre à tous les établissements scolaires puisque ce sont les enfants qui, dans la cour de récré, vont arbitrer eux-mêmes un certain nombre de difficultés entre les élèves », observe le maire. La seconde action se passe en CM2 : la police municipale et nationale intervient dans les classes pour sensibiliser les jeunes sur le cyber harcèlement. Avec ces dispositifs, la Ville entend ainsi dire stop au harcèlement.

Numéros utiles en cas de problème

– Voici les numéros à composer en cas de harcèlement :
– 30 20 : numéro vert ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 20 h et le samedi de 9 h à 18 h.
– 0 800 200 000 : numéro consacré à la cyber violence, ouvert du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.
– 119 : numéro d’urgence gratuit ouvert 7 jours / 7.
– 08 842 846 37 : plateforme d’écoute disponible 7 jours / 7 de 9 h à 21 h.
– 0800 235 236 : plateforme composée d’une équipe de professionnels de la santé ouvert tous les jours de 9 h à 21 h.
– A Saint-Quentin : Maison de l’égalité et du droit au 03 23 05 04 84. Ouvert du lundi au jeudi de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h 30 et le vendredi sur rendez-vous.