La SNCF soutient le vélo pliant

Pour favoriser les transports alternatifs à l’automobile, en facilitant la mobilité de ses usagers, la SNCF propose de pédaler malin avec « Louis », un astucieux vélo pliant. Pas facile aujourd’hui de prendre le train avec un vélo qui entraîne souvent des complications durant le transport, puis des problèmes de stationnement avec la peur de se le faire voler. Et pourtant, les usagers sont de plus en plus nombreux à se laisser séduire par l’idée de laisser sa voiture au garage et d’enfourcher un vélo pour se rendre à la gare, puis rejoindre son lieu de travail. Dans cet optique, jusqu’au 8 octobre prochain, la SNCF propose à ses abonnés ou détenteurs d’une carte de fidélité une réduction de 40 % sur l’achat d’un vélo pliant. Son prix : 599 € au lieu de 999 €, pour un vélo pliant élégant et confortable, de 13,7 kg, 3 vitesses, fabriqué en aluminium et réalisé en France à Saint-Lô par Mobiky. Un vélo qui se plie en 3 secondes,  se transporte dans une housse tel un parapluie et, cerise sur le gâteau, est accepté gratuitement dans tous les trains sur l’ensemble du réseau ferré français, en étant considéré comme un bagage. Bref, l’occasion rêvé d’entretenir sa condition physique avec la SNCF !

Renseignements au 01 58 12 04 82 ou @llo picardie mobilité au 0800 099 565.

103740624_o

L’invention d’un militaire saint-quentinois !

  • On s’en doute, le principe des vélos pliants ne date pas d’aujourd’hui… Le premier à avoir réalisé un protype est un certain Charles Morel, industriel dauphinois. Nous sommes alors en 1892 et l’idée n’a finalement rien de saugrenu puisqu’à la même époque, le lieutenant Henri Gérard, en poste au 87e R.I. à Saint-Quentin, imagine lui aussi l’usage d’une bicyclette pliante pour l’armée…
  • Les deux hommes finissent par se rencontrer et vont présenter leur premier modèle au Salon du Cycle à Paris, en décembre 1894. Vingt-cinq modèles seront ensuite commandés au lieutenant pour l’armée française, mais aussi pour les armées russes et roumaines.
  • Promu capitaine, Gérard atteint une certaine célébrité qui conduit à la rupture de son partenariat avec Charles Morel. Le brevet fut dès lors vendu à Peugeot en 1899 et la pliante sera produite jusqu’en 1914 avec une version modernisée comprenant garde-boue et nouveau guidon. Elle valait à l’époque un peu plus de 300 francs, soit 45 € !
  • A noter qu’une expo consacrée à la bicyclette pliante du capitaine Gérard est prévue au foyer rural de Braine, du 8 au 11 octobre.